AU JOUR LE JOUR

Vagnas – Le monastier – 20 mai 2022

Fabienne Fender   5 participants  6km  2h30 
Cinq volontaires aujourd’hui pour affronter le soleil écrasant de ce vendredi après-midi ! Mais finalement nous ne souffrons pas trop  de la chaleur, nous sommes la plupart du temps sur un sentier en terre battue à l’ombre d’un bois enchanteur, avec régulièrement un peu de vent pour nous accompagner. Sur la route de Brujas nous partons en direction des ruines du prieuré du Monastier (qui date de la fin du 9ème siècle) et rejoignons le lavoir des moines, nous poursuivons ensuite jusqu’au ruisseau du Rieussec que nous passons à gué. Nous nous retrouvons le long d’un magnifique champ de lavande, un petit bout de route à faire et nous gagnons à nouveau le bois. Le retour se fait par le hameau de Ségriès, ses nombreux micocouliers et son imposante ancienne bâtisse qui fut un hôtel dans le passé, à l’époque où dans les environs était exploitée la roche de chiste. Un dernier sentier ombragé nous ramène à notre point de départ.
 
 

Béssèges – Rochessadoule – 20 mai 2022

Jean-Marie Lamy   8 participants  14km  +450
D’entrée nous montons dans la bonne humeur habituelle sur les hauteurs de Bessèges direction les Grottes et jusqu’au  Travers, où la ballade devient tranquille, petit détour pour visiter la chapelle St Laurent nous en profitons pour faire une visite à la cloche du Ronc rouge et nous désaltérer car la chaleur monte. Nous reprenons notre route et la nous croisons les rails d’une schlitte( sorte de luge qui servait dans les montagnes à descendre le bois dans les vallées) mais on pense que dans ce cas elle servais à transporter les matériaux pour la construction de la chapelle. Arrivé à Robiac-Rochessadoule, cette commune qui a l’époque des mines de charbon comptait jusqu’à 5000 habitants ne compte aujourd’hui plus que 874 âmes, sans commerces et avec des corons inhabités. Nous croisons une bâtisse dite le château qui est en fait la maison ou logeaient les ingénieurs des mines. C’est ici qu’à été créé la fameuse lampe Marsaut ( nom de son inventeur mineur ingénieur) Un monument la représentant trône à l’entrée du village. Le terrain de foot actuel servait à l’époque au stockage du charbon, mais abritait aussi les écuries des chevaux qui tirait les wagonnets. Notre périple nous fera suivre le chemin de ces wagonnets qui en arrivant au dessus des wagons du train étaient vidés puis à la gare de la Valette nous suivons l’ancienne voie ferrée dont subsistent quelques traverses, nous arrivons au Vieux Buis où nous attend une belle montée nous décidons de gravir cette côte avant de nous arrêter pour le pique nique. Après une descente dans une forêt de châtaigner (un peu scabreuse) qui nous vaudra quelques glissades et chutes sans gravité, nous croisons un dolmen en très bon état, et enfin le poste électrique qui marquera la fin de notre périple et toujours dans la bonne humeur…..
 

Âne bleu – Garde Giral – La Prade – 17 mai 2022

Véronique Roux   9 participants  9km  +200m
Véronique nous propose une nouvelle boucle dans l’univers où elle et Marie aiment se perdre, tellement beau, calme et isolé. Même si des petits bouts de ce sentier sont connus, ils diffèrent au fil des saisons et c’est toujours une belle escapade qui nous est proposée dans ce secteur où nous ne devons pas sous estimer les dénivelés surtout par temps chauds.
 

Salavas – Bois de bruyères – 13 mai 2022

Jean-Pierre Damay   6 participants  16km  +450
Belle journée ensoleillée pour cette randonnée qui ne comportait pas de difficulté majeure et dont le dénivelé se répartissait en pente douce tout au long des 11 premiers kilomètres pour finir en pente négative. Au départ de Salavas, nous avons contourné la Castette pour nous rendre en direction de La roche puis le gour d’Estelle avant de nous enfoncer dans le bois de bruyère et obliquer au Sud sur le gué à proximité du Champ Lacloque. Remontée ensuite sur Les Hubasses et les travers de roche Gaillère et retour sur Salavas. Notre parcours s’est fait principalement à l’ombre, sous la protection des conifères. Bonne ambiance et remerciements aux personnes présentes pour leur enthousiasme et leur bonne humeur.
 
 

Vogüe – Au delà du château – 13 mai 2022

Fabienne Fender   11 participants  7km  3h00 
Du château nous montons vers la chapelle Saint Cerisse avec un point de vue plongeant sur le village et la rivière Ardèche. Derrière la chapelle, une première carrière de pierre, celles-ci ont joué un rôle important dans la vie économique et sociale de la région. Nous poursuivons sur un chemin bordé de murets sur un plateau avec la végétation habituelle des gras, le sentier bordé de saponaire et de thym en fleur, une autre immense carrière retient notre attention au passage, et nous arrivons au hameau des Chazes entouré de vignes et de verdure. Nous traversons St Pierre avec ses coquettes villas fleuries et la vue sur le clocher de Saint Germain, puis nous retrouvons avec soulagement le bois, le soleil ardent nous impose de fréquentes pauses, entre autres à la surprenante Baume du Bois. La dernière partie du circuit se fait sur un plateau exposé au soleil, c’est la première petite randonnée par grosse chaleur, et nous redescendons sur Vogüe dans un cadre qui rappelle beaucoup le bois de Païolive.
 

Jaujac-Monteil-L’échelette – 10 mai 2022

Thomas Moro   7 participants  9km  +325m

Belle journée, belle balade, belles calades, bref que du bonheur. Pas tout à fait, nous ne sommes que sept, un mardi ! c’est surprenant, arrivés sur le plateau nous nous questionnons tous sur l’utilité de ce que l’association demande aux animateurs et au conseil d’administration de recherche et de présence pour un si maigre résultat. Il est vrai que le sentier après la plage et le pont romain invite à la méditation, une montée d’une heure sans concession et sans parole, il y aura bien une autre côte mais rien de comparable. « Au repos du marcheur » sur la belle place de Jaujac nous sommes tous d’accord que la beauté du sentier de Thomas ne saurait se décrire, il fallait y être.

 

Le Pont du Gard – 6 mai 2022

Patrick Germa   15 participants  14km  +350m

« Vers Pont du Gard », Vers le village dont les carrières ont fournies la pierre pour la construction de l’aqueduc, a rajouté à son nom « Pont du Gard » pour mieux nous diriger. Marche d’approche du monumental ouvrage à travers gîtes de luxe et cultures agricoles de la plaine du Gardon qui tous les ans tel un petit Nil dépose ses alluvions fertilisants. Au détour d’un bosquet le monument (deuxième plus visité de France) se montre en majesté depuis l’esplanade où trône un Olivier planté en l’an 908 de notre ère. Traversée du pont puis du tunnel qui lui succède et longue boucle fleurie sur le plateau où nous trouverons point par point les vestiges de la voie d’eau dont Annick nous avait fait découvrir l’origine à Uzès. Nous repassons le pont pour nous diriger vers l’Espace « Mémoires de Garrigues » un site à voir et dans lequel il faut se perdre qui clôture cette belle sortie.

 

Faugères – Le salindre – 6 mai 2022

Fabienne Fender   7 participants  5km  2h30 

Nous avons fait cette randonnée il y a tout juste un an, nous étions 6, ravis de cette découverte et j’ai voulu la proposer encore ce printemps pour en faire profiter d’autres caminaires. Vous pouvez retrouver le compte-rendu précédent au 21 mai 2021, je n’ai pas grand chose à rajouter, nous sommes 7 aujourd’hui, enchantés de ce cadre reposant, charmés par les vues sur le ruisseau en contrebas, la fraîcheur et le calme de la forêt portant naturellement à la détente et à la sérénité. Le retour se fait par la traversée de Faugères où nous admirons les imposantes maisons en pierre et les jardins soigneusement entretenus aux fleurs et arbustes colorés, nous sommes sous le charme du printemps et du lieu.

 

Les Assions – La Ribeyre. – 3 mai 2022

Daniel Doladille   10 participants 7km +187m
Notre rando du jour serpentait sur le serre De Cavata , de la route de Casteljau à la Ribeyre, via Champetier Bas. Nous étions 10 caminaïres marchant d’un pas tranquille sur ce plateau calcaire le long d’un sentier ombragé limité par de belles murailles. Nous sommes ici dans la vraie garrigue d’une flore méditerranéenne exceptionnelle à quelques kilomètres des châtaigniers et de la pinède ! Ici, c’est le royaume des buissons épineux, du thym, du pistachier, du chêne blanc, de l’érable de Montpellier, du cade, du genévrier, du genêt épineux, du buis, de l’aphyllanthe de Montpellier, du ciste… le tout poussant au milieu de murets et d’amas de pierres. Nous avions parmi nous Simone, notre botaniste maison ! Ce sentier, très agréable et facile, peut être emprunté en toute saison ! Aujourd’hui la forte chaleur annonçait l’orage et par chance nous n’avons eu que quelques gouttes en fin de parcours.
 

Fête de la Rando à Malbosc – 1 mai 2022

Article du correspondant de « La tribune » Daniel Doladille
Ce dimanche 1er mai se déroulait la fête de la randonnée à Malbosc dans le cadre du mois de la randonnée en Cévennes d’Ardèche. Le beau temps était de la partie et c’est dans la bonne humeur que, environ 140 marcheurs se lançaient sur les sentiers. La commune de Malbosc est caractérisée par des sentiers étroits, pierreux, pentus…mais tellement attachants. On marche dans les châtaigneraies et les pinèdes découvrant les hameaux et les ruisseaux. Le clou des 4 randonnées proposées était l’arrivée à l’étang de Patrigalet, un lieu magique qui a émerveillé tout le monde. Cette fête de la randonnée avait été organisée par la Communauté de Communes du Pays des Vans en Cévennes et par la mairie de Malbosc, avec l’appui des associations communales qui organisaient l’accueil et la restauration. Les randonnées étaient accompagnées par les associations de randonneurs : los Caminaïres et Sentier Pays des Vans. Plusieurs stands étaient présents aussi pour informer les visiteurs : l’office de tourisme Cévennes d’Archèche, les Espaces Naturels Sensibles, le PTB Ardèche, les Brigades Vertes, la FFRandonnée… La fête recevait le conseiller départemental Mathieu Salel, le président de la communauté de Communes Joël Fournier et de nombreux élus du territoire. Christian Manifacier, maire de Malbosc, se réjouissait d’avoir pu organiser avec succès la fête de la randonnée dans sa commune.
 

Thines-Les moulins-La blacherette – 29 avril 2022

René Pelin  13 participants  12km +550m
Aujourd’hui une des plus belles balades qui soit dans la région de Thines, un groupe avec la relève des marcheurs bien remis de la journée d’hier, privilège de la jeunesse !. Nous avons eu le plaisir de retrouver les sympathiques amis d’Anne-Marie bons marcheurs s’il en est, toute la troupe après l’interminable montée vers Peyre, retrouve à l’auberge le fameux menu réparateur partagé avec des caminaïres en attente du retour de leur forme. Toujours dans la bonne humeur cette troupe hétéroclite (nous sommes pendant les vacances scolaires et les randonnées proposées librement pendant ces périodes sont ouvertes à tous nos amis et petits enfants) entame la redescente vers Thines. Encore une belle journée de randonnée, pourvu que ça dure !.
 

Camping de la Drobie – 28 avril 2022

Collectif   44 participants  omnisports
Ce jeudi, nous avons proposé aux caminaïres un repas traditionnel des Cévennes « le chevreau » au camping de la Drobie à Sablières, mais avant de passer à table une mise en appétit de deux heures et demi autour du cours d’eau qui devait passer par le Séquoia Géant mais faute de temps nous n’irons pas jusqu’à lui. Nous arrivons pile pour la mise en bouche qui sera comme nous l’espérions fidèle à sa réputation une régalade de l’apéritif au digestif. Après ce repas où nous avons retrouvé avec plaisir d’anciens marcheurs en passe de le redevenir, quelques uns vont à la découverte du camping et de ce superbe site traversé par la Drobie magnifique torrent aux cascades bouillonnantes, d’autres auraient bien testé la piscine un peu fraîche quand même, d’autres encore choisissent l’ombre et le farniente et enfin les plus courageux mettent au point sous l’arbitrage sans concession de Jean-Pierre un concours de pétanque des plus acharné qui soit. Des deux triplettes finalistes les vainqueurs furent sans doute pas les plus forts, mais sûrement les plus chanceux.

 

 

Tour des mines de banne – 26 avril 2022

Patrick Germa   7 participants  14km  +170m 7h00
Après une reconnaissance anti-horaire avec une équipe inédite photos à l’appui, la rando en sens inverse départ vers Gagnières par la voie grise, seulement 7 caminaïres pour ce mardi avec pique-nique et au train du sénateur afin de modifier l’offre, pas très concluant pourtant 14km en 7 heures (pourtant une demande récurrente) pas de quoi être épuisé mais enrichi par la flore qui s’éveille et des paysages que nous ignorions et que dire de la rencontre surréaliste d’un jardinier qui écoute « Didon et Enée », du baroque, tout en grelinant sa parcelle et en hi-fi s’il vous plaît. Surpris par la forme des rochers de la Ganière vite transformés en bestiaire par notre imagination et par le plaisir que nous éprouvons à ce repas au bord de l’eau. Plus haut la découverte de cette crête bordée d’asphodèles et d’ eucalyptus nous fait découvrir des panoramas exceptionnels. Plus bas, une rencontre surprenante avec un « sauveteur d’abeilles » cycliste bariolé qui aidé d’une branche retire d’une flaque d’eau les insectes trompés par le pollen flottant en surface. Nous nous attardons sur le viaduc du Doulovy, encore une surprise et une découverte pour certains. Retour par le Frigolet et fin de balade par un « coucou » à une caminaïre affairée au milieu de sa prairie.
 

Méjanes le clap – Bois de Pernille – Plan de Quittard- 15 avril 2022

Jean-Pierre Damay   3 participants  15km  +440m

En cette belle journée ensoleillée, je pensais voir du monde pour cette marche. Personne à St Paul et personne des Vans. Nous avons récupéré Marcel de Saint Ambrois au pont de Tharaux. Je suis déçu et en colère. Nous avons reconnu cette marche avec mon frère pour rien. Je me demande donc où est l’utilité de continuer de faire partie des animateurs. Départ de Méjannes le Clap sous un beau soleil printanier. Nous avons traversé en direction du nord, la forêt de Méjannes le clap pour nous rendre au rocher de l’aigle. Ensuite, direction le mas de Terris et le plan de Quittard ou nous nous sommes arrêtés pour déjeuner. Remontée ensuite par la combe du Béléousé et toujours dans cette même forêt, pour un retour sur Mejannes. 

 

Payzac – Sur les traces des Dinosaures – 15 avril 2022

Fabienne Fender   16 participants  5.6km  3h30 
De notre stationnement le chemin nous amène à la route qui traverse le hameau de Gramayse où se trouve la propriété de monsieur Grancier qui présente une collection remarquable de traces de « dinosaures« , mais que nous ne visitons pas aujourd’hui. Ces traces se retrouvent sur le grès , principalement présent au pied des cévennes et datant du Trias (-220 millions d’années environ). Le chemin monte ensuite sur un plateau jusqu’à un étang artificiel, puis fait une boucle par Régimont. Exceptionnellement dans une petite randonnée nous nous engageons dans une descente un peu sportive pour découvrir un moulin dans un cadre de verdure tout à fait romantique. Deux gentils randonneurs feront l’aller-retour deux fois pour récupérer les bâtons de l’accompagnatrice oubliés tout en bas!!! Merci à eux!  Ceux qui attendaient ont eu largement le temps d’admirer un magnifique Pléjadou. Puis c’est le retour sans nouvelle aventure seulement la rencontre des « Joyeux randonneurs » qui profitaient en nombre de cette belle après-midi.

 

 

Gournier – Abeau – Sabuscles – 12 avril 2022

Véronique Roux   18 participants  8km  +250m

Par une journée nuageuse et un peu fraîche, nous prenons la piste du ” château d’abeau ”, arrêt devant la levade de la fuste enchantée , devant les ruines de bâtiments miniers qui au pied de la forêt de pins de Salzmann ancêtres de tous les arbres, où se traitait l’antimoine exploité aux Combres et dans le bois d’Abeau. Admiration devant la bâtisse d’Abeau et nous reprenons une piste qui nous conduit au complexe Pont de Sabuscles d’où partait un canal qui amenait l’eau à la mine, et le départ aussi d’une série d’escaliers en pierres taillées dans le schiste au milieu de bruyères blanches en fleur, qui nous emmène vers le hameau du serres et enfin traversée de Sabuscles passage étroit, ruelles lugubres où l’on peut observer un renforcement dans le mur d’une maison pour laisser passer les ânes bâtés, merci Daniel ! Redescente sur Gournier à travers les pins brûlés, coupés, mais des pins toujours replantés.

 

Saint Genest de Beauzon – Le Cros – 8 avril 2022

Fabienne Fender   12 participants  5km  2h30 

La commune de St-Genest-de-Beauzon est constituée de hameaux dispersés et le parcours du jour nous fait cheminer entre terrasses d’oliviers, vignes, maisons anciennes, paysages variés. Nous partons de « Les Salettes » justement entouré de magnifiques oliviers pour rejoindre une piste dans un bois charmant aux essences diverses, l’ambiance est printanière. Après un court passage dans un chaos rocheux et un arrêt pour admirer un pléjador au niveau de Darasse, nous remontons vers le hameau typique de Salel avec sa vue étendue et ses terrasses de verdure, puis nous arrivons au Cros, son église est imposante, le hameau est authentique, le sentier longe les jardins potagers, et c’est une dernière montée pour le retour aux Salettes.

 

Malbosc – Reco. de la fête de de la rando. – 6 avril 2022

Daniel Doladille   5+7 participants 
Reco pour la fête de la randonnée du premier mai, avec les amis des « sentiers des vans » et les volontaires des « caminaires » qui se partageront la tache d’encadrement les sorties. La rando est en vedette mais pas que, marché paysan, stands en lien avec la nature et bien sur les « brigades vertes ». Nous répartissons la tache, nous ne ferons pas les petites boucles du matin car en partie sur celles de l’après-midi : les grandes 7km et 6km que nous effectuons aujourd’hui dans le sens opposé aux roues d’un VTT et donc plus facile pour les candidats à ces boucles. Le débrif a lieu à l’abri d’une soudaine et forte pluie il en ressort que si les boucles du matin sont faciles, les longues peuvent s’avérer compliquées pour des non initiés et nous devrons improviser en fonction et peut-être n’en faire qu’une et reprendre une ou les deux balades du matin pour que tous en profitent. Nous avons le matériau pour que cette journée soit une bonne sortie, plus qu’à espérer de la météo.
 

Pont de la Boutonnette – Payzac – 5 avril 2022

René Pelin   16 participants  10km  +330m
Les Assions-Peyzac se déroule sur des sentiers étroits entourés de murs où l’on marche à la queue leu leu. L’avancée à vive allure rend la marche trop difficile pour certains, Patrick décide alors de la raccourcir avec eux à partir de Champetier le Haut. Ce circuit permet de découvrir la richesse architecturale de la commune des Assions: maisons en grès, murettes, fontaines, escaliers, etc…On note au départ le pont de la Boutonnette sur lequel passait le tacot rejoignant Uzer à Saint Paul le Jeune. Ce train transportait voyageurs, vin et bois de mine en suivant la départementale actuelle.
 

Col de la serre – Bessas – Gramenet – 1 avril 2022

Jean-Pierre Damay   11 participants  14km  +450m

Départ du col de Serre avec un petit vent froid et une température de 5°. Dès le départ, nous avons pu nous réchauffer dans la première difficulté, le puy Lacher où flotte allègrement le drapeau occitan qui se trouve sur le sol Ardèchois d’ailleurs. Ensuite descente un peu technique dans le ravin de la Serpentière où Daniella nous a fait un peu peur en glissant. Résultat, un coude endolori et un bâton de marche plié. Rien de trop grave heureusement. Suite de la descente sur Bessas, village fleuri qui a été primé, au cours de ces dernières années, de nombreuses fois par le Conseil Général de l’Ardèche et le plus souvent à la première place. Un cadre agréable pour un village accueillant et chaleureux. L’église mérite une visite de son splendide intérieur abritant un retable en bois polychrome daté du début du XVII° siècle, inscrit sur la liste supplémentaire des monuments historiques. Les maisons anciennes de pierres, rénovées dans le style, entourent le château de la fin du 16ème siècle, flanqué de ses quatre tours, malheureusement l’église est fermée. Nous avons poursuivi notre parcours en empruntant le PR au sud de la commune, Bueysse, croix de Domergue, Gramenet, et le bois de Frigolet. Aux Jasses, nous avons pu nous restaurer à l’abri d’un vent glaçant. Nous avons même pu profiter de l’arrivée d’un pâle soleil qui nous a accompagné par la suite. Nous avons quitté le PR pour un sentier moins utilisé pour affronter la dernière difficulté : remontée sur la montagne de la Serre et retour au col par la DFCI. Comme à l’habitude, bonne ambiance.

 

Laurac en vivarais – Le Toufache – 1 avril 2022

Fabienne Fender   12 participants  6.5km  2h30  +150m

Départ de la »piscine », lieu de baignade aménagé par la municipalité en 1956 en plein centre du village, le parcours remonte le long du ruisseau du Toufache avec quelques passages à gué plutôt ludiques. Nous arrivons au « chapeau du gendarme » endroit de pique-nique qui donne envie de s’attarder avec ses tables décorées de mosaïques, ses gours, l’étonnante sculpture de Marion représentant plusieurs têtes et un serpent. On monte ensuite à travers les terrasses jusqu’à une maison en pierre typique à proximité de laquelle nous découvrons un fouloir rupestre qui témoigne de l’importance qu’occupait la vigne à l’époque gallo-romaine. Puis nous traversons une forêt de pins avec un sous-bois envahi par les genêts, d’ailleurs prêts à fleurir. Après une trouée permettant la vue sur Montréal, nous pénétrons dans un autre bois de pins avec cette fois un sous-bois de bruyères et fougères, le chemin passe entre de magnifiques murs de pierre. Nous traversons la route de Sanilhac et poursuivons le long des vignes. En arrivant au village une calade nous ramène au Toufache que nous longeons en sens inverse jusqu’à notre point de départ.

 

Autour de Montclus – 29 mars 2022

Patrick Germa   15 participants  9km  +190m
Montclus, une bonne destination par cette météo laiteuse, nous franchissons la cèze au pont du moulin et tout de suite l’unique montée par un sentier étroit bien raide jusqu’à la saignée nécessaire à la lutte contre les incendies. Les bords ont étés dégagés pour éviter le franchissement des flammes et les Arbousiers y font une repousse étonnante. A l’approche de la rivière il faut se résoudre, nous sommes trop haut, il va falloir descendre, le sentier est impressionnant mais en définitive ludique malgré la radicalité de la pente, nous irons ainsi jusqu’à une résurgence « l’aven » dont l’eau était suffisante pour alimenter un moulin et servir de force motrice avant de se jeter dans la cèze qui à cet endroit est un vaste plan d’eau retenu par la chaussée du moulin de Martel quelque part en aval. D’ici le chemin suit la rive ponctuée d’aménagements plus ou moins rustiques. Nous ne verrons pas au delà des champs de lavande la grande plage du méandre qui entoure le village médiéval trône le château construit par les Templiers. La journée se termine par une visite lente et admirative de « Castrum Montecluso » qui a su éviter toute construction moderne.
 

Les balcons de Pourcharesse – 25 mars 2022

Daniel Doladille   9 participants  13km  380m
Nous n’étions que 9 à découvrir la Lozère mais quelle belle journée sympathique ! Depuis le lac de Villefort, nous empruntons la Régordane jusqu’à La Garde Guérin. Villefort était un carrefour routier important au moyen-âge. Montant de la Méditerranée jusqu’au Puy, ce chemin était surtout un chemin muletier. On comptait 200 mulets par jour à Villefort jusqu’à l’arrivée du train en 1867.La Régordane était aussi la route du sel, la route du vin, la route des céréales, la route des foires, la route des pèlerinages, parfois aussi la route des soldats …aujourd’hui elle est devenue le GR700 pour les randonneurs ! Mais sur notre randonnée, nous sommes confrontés à la modernité du lieu : la ligne ferroviaire Nîmes –Clermont, le barrage hydroélectrique, des toitures photos voltaïques sur des fermes démesurées, des gros tracteurs traversant des champs poussiéreux, un golf au gazon tout lisse, des campings cars annonçant les vacances…Quel contraste lorsque nous traversons le village de la Garde Guérin, un vrai retour au moyen-âge. Au détour d’une rue, on croit voir apparaître un « Noble Parier » venant nous guider et peut-être nous demander une petite pièce de monnaie pour sa protection. Comme nous sommes des Caminaïres modernes nous nous arrêtons à la taverne pour commander un kir châtaigne et une bouteille de vin rouge !
 

Le balcon de Joyeuse – 25 mars 2022

Fabienne Fender   11 participants  5.5km  2h00  +100m

Petite randonnée plaisante sur le plateau des Gras entre Lablachère et Joyeuse. Les Gras sont des plateaux calcaires caractéristiques de l’Ardèche du Sud, végétations rases, arbustes méditerranéens, vieux mûriers, oliviers, cades et beaucoup d’amas pierreux, les bergers dans le passé ayant dégagé des espaces herbeux pour faire paître leurs troupeaux. Le sentier se développe en bordure de corniche qui surplombe Joyeuse avec une vue exceptionnelle alentour, c’est même le point fort de cette randonnée et le retour se fait sur une piste en pleine garrigue avec quelques vieilles rares bâtisses en pierre dans un cadre plutôt austère.

 

Chapias – Labeaume – Grange Bernard – 22 mars 2022

René Pelin   15 participants  11km  +260m

Une belle journée qui s’annonce, sur des gras que nous pensions connaître par cœur, et bien non, une belle découverte que cet itinéraire du Chapias à Labeaume, d’abord à plat sur un terrain où la nature s’éveille pour notre plus grande joie et celle de nos nouveaux amis herboristes Isérois, puis dans sa deuxième moitié une pente douce entre d’énormes blocs de calcaire et enfin comme une ruelle creusée dans les mégalithes jusqu’à une mise en scène de Dolmens étrangement blancs. Nous sommes au Ranc de figère où nous croisons le témoignage de la dureté des chemins ardéchois. La descente de la « rue de la calade » nous mène au bord de la rivière dans le village de Labeaume où les stigmates des crues d’automne sont encore visibles, des travaux en cours préparent la saison d’été toujours très courue dans ce paysage magnifique. Passage dans le chaos témoin des événements puis longue remontée en balcon, le point de vue est tellement beau que l’ envie de s’asseoir et de contempler est très forte mais il faut relier Chapias et sur le retour il y a cette ferme, son fromage de chêvre, sa vache, ses lamas et les sculptures inspirées par le réemploi. Encore un peu de route, salutation à la tour de la vierge, au village en mutation immobilière et il faut se séparer.

 

Mercoire – Les 4 chemins – Les Bouziges – 18 mars 2022

Jean-Pierre Damay   13 participants  14.5km  +450m
Le temps est couvert mais pas de pluie. Un rayon de soleil est même venu nous apporter un peu de chaleur pendant la pose déjeuner. Départ du lieu-dit Mercoire sur la commune de Portes. Direction le col des 4 chemins par un sentier non répertorié en chemin de randonnée. Au col le GR44B nous a amené à quelques encablures du village de Portes. Son château fut la sentinelle sur la Voie Régordane. Véritable porte d’entrée des Hautes Cévennes au pied du Mont Lozère, il se situe en périphérie du Parc national des Cévennes, inscrit en juin 2011 au Patrimoine mondial de l’Humanité il défie plus de 10 siècles d’histoire. Érigé au 11ème siècle pour protéger le « Chemin de Régordane » le «  Château de Portes «  est le mariage d’une forteresse médiévale et d’un bastion Renaissance. Remarquable par son histoire d’une grande richesse et son architecture unique en Europe, il est classé monument historique. L’éperon qui forme un angle de 42° constitue son originalité et lui vaut le surnom de « vaisseau des Cévennes ». Nous le contournons  en contrebas de la route pour nous porter vers le lieu-dit Les Bouziges. Traversée d’une partie de la forêt du Rouvergue. Descente en direction de l’ancienne mine en passant par Prentigarde puis remontée sur Mercoire en contournant le Ranc du Cade. Journée sympathique placée comme toujours sous le signe de la bonne humeur. Ce fût un plaisir de mener cette randonnée relativement facile. Merci à vous tous.
 

Berrias – La nécropole des Granges – 18 mars 2022

Fabienne Fender   15 participants  6km  3h00  +130m

Par la rue de la fontaine nous arrivons à un passage en pierre qui suit le ruisseau dans un environnement assez nu, végétation rabougrie, herbes sèches, squelettes d’arbustes. Après le passage du ruisseau, ce sont les cades qui dominent et surtout les cailloux, toujours des cailloux! Nous sommes à la recherche de « dolmens », nous en découvrons quelques-uns mais il ne reste souvent que de vastes entourages pierreux témoins des tumulus d’origine avec quelques parties des dalles écroulées, la Nécropole des Granges reste une des zones de dolmens les plus importantes d’Ardèche. Après le passage du Graveyron nous quittons le GR4 pour le chemin des Granges où nous avons un peu plus de dolmens en meilleur état, la végétation aussi est un peu plus variée, les premières fleurs annoncent l’arrivée du printemps. Juste avant le hameau des Granges nous découvrons enfin, il faut grimper un peu, un dolmen avec son couvercle. Le périple se termine par le passage au hameau de la Rouvière, nous longeons ensuite les campings et les maisons d’hôtes pour le retour au centre de Berrias.

 

Le tour du Saleyron – 15 mars 2022

Patrick Germa   8 participants  8km  +180m

A nouveau une journée grise, Labastide de Virac village médiéval nous accueille, nous optons pour le circuit classique, ce sera suffisant pour ce jour raccourci et sans soleil. Il nous faudra quand même trois bonnes heures pour faire le tour du Saleyron et détailler le paysage d’en face que nous avons souvent pratiqué mais qu’aucun ne connais depuis cette rive de l’Ardèche et ses trois panoramas impressionnants. En effet nous eûmes du mal à remettre le vallon du Tiourre dans le bon sens et à identifier la dent de Rez tout au fond dans un voile de brume. Au deuxième point de vue, on ajoute le Cirque d’Estre, le site de la vrai grotte Chauvet en haut de sa vire et surprise le Pont d’Arc sous un angle inédit et il faut se tenir tout près de la balise qui trouve là son intérêt. Le troisième panorama un peu à l’écart du sentier ne figure pas sur le tracé officiel mais est le plus marquant par l’étendue de sa vue dégagé des arbres car nous sommes au bord du vide. Un circuit pour les jours chauds car dans sa majorité sous le couvert des chênes, et plutôt dans le sens horaire pour finir par la vue du village, de la Baliste et du château des Roure.

 

Méjannes le Clap – 8 mars 2022

Patrick Germa   12 participants  8km  +120m
Journée grise, léger crachin au début puis du gris sec et frais. La balade débute par le sentier de découverte « La baume des Fades » déambulation ombragée et aménagée, découverte de dolmens et autres pierres mégalithiques ainsi que l’histoire et les légendes qui les entourent, la faune et la flore de la garrigue, et enfin l’histoire commune de l’Homme et de la forêt, avec entre autres les vestiges d’un four à chaux et les traces des premiers charbonniers. Un belvédère nous offre une vue imprenable sur les environs: Dent de Serret, vallée de la cèze, Grand Serre etc. . Après une descente caillouteuse, une douce et longue DFCI propice à la conversation nous amène au deuxième point d’intérêt, La Grotte-aven de Peyre Haute a l’étonnante particularité de réunir les deux phénomènes géologique. Surprise pour ceux qui découvrent ce lieux, plaisir de le retrouver pour les autres, les rochers déchiquetés puis aux formes adoucies, tellement de bizarreries dans ces parois,que l’on a du mal à se détacher de ce spectacle, aussi nous prolongeons par la vue depuis le dessus de l’aven avant de retrouver le Mas de la Taillade.
 

Salavas – Le bois des bruyères – 4 mars 2022

Fabienne Fender   8 participants  6.7km  2h30  +140m

Randonnée atypique en sous-bois où une végétation luxuriante contraste avec celle habituellement rencontrée en Sud Ardèche. Le sentier monte en douceur sous les pins de hauteur vertigineuse, parfois la bruyère arborescente forme une arche au-dessus de nos têtes, le sol sablo-argileux nous change des cailloux de nos circuits habituels. Nous découvrons un magnifique four à pain restauré, en plein bois à proximité d’une ruine, avant d’atteindre une piste bordée d’arbousiers pour la seconde partie de la randonnée. De nombreux miradors témoignent d’une activité chasse intense, donc de la présence d’un nombre certain de sangliers dans ces bois. Randonnée à conseiller quand la bruyère est en fleurs.

 

Crêtes des Cruzières – 4 mars 2022

Patrick Germa   13 participants  14km  +398m

Il n’a pas plu depuis noël ou si peu et heureusement c’est pas pour aujourd’hui donc de bon matin une bande de retraités filoche sur les DFCI des cruzières, bon rythme et bonne humeur vont de pair la Belgique et la France ont signés la paix des blagues. Dans cette grosse ambiance nous atteignons le col de Cize où après un casse-croûte reconstituant nous attaquons la partie aérienne de la randonnée et pour cela il faut gagner les crêtes par un passage bref mais très raide et la récompense est à la mesure de ce morceau de bravoure, quel spectacle ! de la plaine de Grospierres aux gorges de l’Ardèche, du mont Bouquet au vaporeux Ventoux, de la Dent de Rez a La cham du cros rien ne peut échapper à notre vue sur les trois kilomètres de ce superbe sentier en crête bordé de vide et déjà fleuri.

 

Courry – Meyrannes – 1 mars 2022

Patrick Germa   11 participants  10km  +308m
C’est un défi presque réussi, visiter le sentier de découverte du Montgrillet en partant de Courry, boucle inédite donc qui par Reboul, le col de l’Espée nous fera découvrir une installation unique d’une éolienne remplissant un réservoir digne du temps des locomotives à vapeur ceci à l’approche de Montagnac hameau où une belle gloriette cache l’ état de délabrement des habitations. C’est à la fontaine de Bourboul que nous prenons contact avec le sentier que nous suivrons jusqu’à un croisement qui induit un doute sur notre itinéraire, nous optons pour une sente raide qui nous ramène directement au niveau d’un représentant du genre Quercus qui aurait 800 ans. D’autres chênes ont eu moins de chance couchés avec leurs voisins les pins par une violente tempête. La capitelle elle aussi a subi quelques dommages malgré la protection des fées de la forêt. Lors d’une prochaine édition, nous essayerons de boucler la totalité des curiosités de ce circuit, pour aujourd’hui retour à Courry par le carrefour des trois pierres.
 

Casteljau – Toul – 25 février 2022

Fabienne Fender   9 participants  6.4km  2h30 

Nous partons de l’église de Casteljau direction La Rouveyrolle et la rive du Chassezac face au Ronc Redon, nous longeons la rivière jusqu’aux Blaches avec des vues magnifiques sur les falaises, le Ronc Rouge et la rivière bien paisible à cette époque de l’année. Puis c’est un aller-retour à la grotte Escure, elle fait toujours sensation même pour ceux qui y sont déjà venus. Enfin nous pénétrons dans le bois pour monter à Toul, petite colline au-dessus du village, à tous moments la vue sur les environs est belle et étendue, nous redescendons sur Le Pouget pour le retour aux Borels.

 

Le sentier du Facteur – 25 février 2022

Daniel Doladille   14 participants  13km  +420m
Vendredi 25 février, 14 caminaïres découvrent le sentier du facteur du côté de Brahic. Il s’agit du sentier qu’empruntait jusqu’en 1966 environ le facteur qui desservait les hameaux de la vallée de la Ganière. Plus tard la Poste attribua des véhicules aux facteurs, ce qui leur rendait la tâche plus aisée. Le sentier du facteur suivi aujourd’hui est une variante du sentier officiel des topos guides. Du parking des chasseurs près de Murjas, la rando grimpe vers Brahic pour ensuite suivre le GR44 jusqu’à Les Angligeos. Puis on quitte le GR pour prendre le PR en direction de Murjas en s’arrêtant au hameau de La Coste pour un casse-croûte au milieu des jonquilles et des mimosas. Le sentier du facteur est sûrement le sentier typique des Cévennes schisteuses. C’est là que l’on découvre plus particulièrement le travail du paysan bâtisseur. En effet pour cultiver ces terres ingrates sur un sol maigre et pentu il fallait construire des accols…donc des kilomètres de mur ! A maintes reprises on est étonné par l’audace du murailler qui joue avec les équilibres montant des murs sur des plaques de schiste abruptes. Et quel travail pour un lopin de terre de quelques m2 ! . Sur la droite du sentier, côté Ganière, on aperçoit une propriété dernièrement débroussaillée par de courageux bénévoles. On se croirait en pays Incas…une sorte de pyramide faite de dizaines de terrasses et entourée d’un mur de clôture. Encore à ce jour, on voit un vestige du câble qui traversait la vallée pour transporter les récoltes, raisins, olives, châtaignes… Encore un moment particulièrement surprenant et sportif, la descente vers le ruisseau de la Ganière par des escaliers d’un parfait état de conservation au milieu d’accols abandonnées mais bien conservées. Autrefois, poussait ici la vigne du fameux vin fou, le clinton ! . Ce sentier du facteur est à découvrir, en toute saison, en prenant le temps de regarder, de sentir, de rêver…pour revivre une vie paysanne complètement disparue et pourtant si proche ! . NB : On écrit Gagnière pour nommer la ville près de Bessèges…et Ganière pour désigner la rivière qui traverse Gagnière !!!Etrange !
 

Ferrières – L’ Arche de l’Ibie – 22 février 2022

René Pelin   10 participants  9km  +200m
L’Ibie conserve tant bien que mal et partiellement un filet d’eau pour la survie de batraciens et volatiles, le sentier a évolué au grès d’un propriétaire et le nouveau tracé est tout aussi caillouteux. Au premier replat, l’arche, miracle de l’érosion dominant la vallée de l’ibie et un peu plus loin le panorama qui dévoile l’étendue de la rivière. Une descente, une remontée et c’est sur un sentier botanique à l’abandon que nous atteignons la chapelle   » Notre Dame d’Ajude  » au milieu du bois éponyme. descente au pied du village de Lagorce où nous empruntons le lit du ruisseau de l’Oule censé alimenter l’ibie mais à sec comme les autres rus que nous avons traversé, même le réservoir des ruines du moulin ne montre trace d’humidité.
 

Sablières – Les hameaux – 18 février 2022

René Pelin   10 participants  13km  +410m
Parking du « Séquoia » au hameau du Mas que nous quittons après quelques hésitations tant l’offre de sentiers est riche, après avoir salué une jolie famille c’est en suivant la direction du Pralong à flanc de montagne sur de larges calades encombrées par les feuilles de centaines d’individus de ces vielles châtaigneraies que nous visiterons Le Vialaret où subsiste une activité paysanne. Après avoir traversé la belle Drobie, nous sommes au sommet de la rando donc casse-croute au soleil par une température que l’on n’attends pas à cette altitude en hiver. Le retour en léger surplomb de la rivière, nous gâtera de magnifiques points de vue. C’est après avoir côtoyé pas moins de 13 Hameaux que nous terminons au pieds du « bananier » fatigués et heureux de cette belle sortie.
 

Banne – Les Boutés – 18 février 2022

Fabienne Fender   15 participants  5km  2h 
En face de « l’église de Banne » nous passons sous la voûte pour une boucle dans le bois, puis nous longeons la route de Pigère, très peu gênés par la circulation en cette saison. Lorsque nous pénétrons à nouveau dans le bois c’est l’enchantement, le sentier est plein de poésie, la végétation variée, les blocs rocheux inspirants, une fois de plus le temps est particulièrement doux pour la saison et nous sommes ravis de profiter de cet environnement exceptionnel. La randonnée se termine par une flânerie dans Banne.

 

 

Païolive – les 3 juges – la vierge – l’ermitage – 15 février 2022

Thomas Moro   15 participants  9km  +150m
Aujourd’hui Thomas nous amène à Païolive, encore !, on connait par cœur !,  Que nenni, Les trois juges un énorme rocher sculpté inconnu de tous, le parcours des clairières en zigzag  sous l’œil du chameau dans la partie du bois en dehors des parcours classiques, multitude d’arches, de trous, de failles, de rochers sujets à interprétations diverses, même une grotte qui a servi d’appartement relais à toute une famille, le tout révélé par l’absence de feuilles, même « la vierge » fut une découverte pour certains. Après le carrefour des Trois seigneurs le sentier nord parfois humide, mais toujours en montée-descente nous conduit sur la grande dalle où nous profitons du dernier rayon de soleil. Le chemin de l’Ermitage est magnifique au clair de lune au point de paraître court à ce moment suspendu entre chien et loup.
 

Champmajour – Les Fabres – 11 février 2022

Jean-Pierre Damay   11 participants  15km  +480m
Nous ne sommes pas partis de Champmajour mais de Payzac, pour ne pas attaquer directement dans le dur.  Le temps était mitigé, le soleil et les nuages ont souvent joué à cache cache.  Dans certains endroits sous les feuillages une bonne fraicheur nous a contraint à ne pas trop nous mettre en tenue légère. Après une petite descente en faux plat jusqu’au pont du régent nous avons commencé la première montée sur les Escouleyres puis Chalvêche le haut pour arriver ensuite au village de Faugères. De nombreuses églises sont visibles dans les hameaux avoisinants. ce qui en fait une particularité locales puisque plus de 15 églises ont été bâties dans un rayon relativement petit. Après le Sabatier, descente dans le ruisseau du Lavadou et remontée sur Brés et sa très originale église en pierre rouge. Passage devant le Moulin à olives puis descente sur Les Farges pour une pose déjeuner. Descente ensuite sur la vallée de la Sure et remontée sur Champmajour. Après une grimpette sérieuse de 1 km, retour sur Payzac. Nous avons décliné la visite de la basilique de st Pierre aux Liens, classée monument historique en 1961. les jambes étaient lourdes mais l’ambiance était bonne.
 

Rosières – Balbiac – 11 février 2022

Fabienne Fender   15 participants  6km  2h20  150m
Après un joli pont de pierre sur le non moins joli ruisseau de la Planche à la sortie de Rosières, la montée vers Balbiac est assez intense et nous sommes soulagés de retrouver le plat du chemin de Grangeon. En passant entre les fruitiers sur le point de fleurir nous découvrons le panorama sur le hameau, le vignoble, la Tour de Brison, la cham de Cros. Puis un sentier le long de murettes en pierre nous conduit dans un bois de pins et nous descendons vers le ruisseau de la Martinette, étonnés de trouver là une fontaine et un lavoir dans un poétique décor de verdure, le site est soigneusement débroussaillé, et les sentiers bien entretenus. Nous remontons aux hameaux d’ Augnac et de Sabatier, partout la floraison des mimosas est bien avancée. Nous retrouvons ensuite le bois, retraversons le ruisseau et poursuivons entre les vignes jusqu’à Balbiac où nous nous attardons à l’église avant de redescendre à Rosières par notre petit pont préféré sur le ruisseau de la Planche.

 

 

 

 

Châmes – Le vallon du Tiourre – 8 février 2022

Patrick Germa   15 participants  8km  +230m
D’entrée nous tournons le dos à l’Ardèche et sous la protection de Saint Martin, nous suivons un fin sentier à flanc de falaise jusqu’à la source du Tiourre qui depuis 1896 assure l’eau potable à Vallon pont d’arc et si le lit est vide, le bouillonnement derrière la grille laisse augurer d’un gros débit. Les chênes verts remarquables laissent la place à un bois de pins plantés à l’époque de Napoléon lll impressionnants par leur taille. Le sentier suit maintenant le ruisseau à sec parfois très au dessus parfois au niveau au grès des cascades. quelques ouvrages de rive nous annoncent le moulin haut, malheureusement très en ruine, son réservoir est à sec tout comme la cascade de Pissevieille toute proche, 80 mètres de chute très prisée des amateurs de frissons. Après une remontée assez raide, nous surplombons le moulin bas encore habité; La combe du Tiourre mérite largement le label de site classé et d’espace naturel sensible. Une des plus belles vallées retirées du Sud-Ardèche !

 

Rochecolombe – La route royale – 4 février 2022

Patrick Germa   11 participants  16km  +380m
Encore une journée faite pour la randonnée, dès les premiers mètres nous nous rendons compte que l’effectif du jour en a sous la semelle et nous décidons d’aller visiter la vielle « église romane de Sauveplantade » rajoutant ainsi au tracé d’origine. Nous quittons les vignes et accédons au niveau supérieur de la balade par un sentier des plus pentus passant sur le flans des serres de la Fourche et de Chaude cul de 213m à 400 en un rien de temps. La Route Royale s’offre alors à nous, et c’est un long ruban caillouteux qui nous amène à midi. Après une petite sieste au soleil à nouveau la Route Royale qui reliait Villeneuve-de-Berg à Vallon-Pont-d’Arc en ondulant au grès des serres. Retour à « Rochecolombe » et c’est Marcel qui nous guide en connaisseur à travers les ruines du vieux village jusqu’à la Cascade hélas à peine humide.
 

Les Gras de Coudon – 4 février 2022

Fabienne Fender   14 participants  6km  2h15  80m

A la sortie du hameau de Coudon nous prenons la direction de Meillas, hameau constitué d’une grande bâtisse en pierre, dans un environnement paysagé bien entretenu qui nous émerveille toujours. Nous partons ensuite sur un sentier typique du calcaire entres cades et chênes verts, face à nous la vue sur le clocher de Notre-Dame et l’église de Lablachère, derrière nous le rocher de Sampzon. Par la suite nous sommes en partie sur le sentier des capitelles, nous en voyons sept sur notre circuit. Nous poursuivons sur une piste avec la vue sur le Tanargue, longeons une impressionnante muraille en pierres merveilleusement taillées derrière laquelle des chèvres et un bouc règnent sur un vaste domaine. Nous continuons jusqu’à la grotte Saint-Arnaud, énorme cavité cachée par la végétation, puis c’est le retour par Meillas.

 

Tharaux – La plage des Baux – 1 février 2022

Patrick Germa   13 participants  9km  +260m
Nous tournons ostensiblement le dos au village pour aller à la plage, mais dans ce pays de Serres tout se mérite. Seulement des sentiers et d’abord la vraie montée du jour qui contourne le Serre des Brus, joue avec les arbustes d’une végétation sèche et la longue descente vers la Cèze et la plage des Baux lieu de baignade sauvage sans accès routier à moins de deux kilomètres. Après un moment suspendu le chemin du retour, lichens, mousses, petites montées, petites vues de la rivière et nous arrivons au pieds de Tharaux qui mérite l’appellation de village perché. Une rue métissée avec un escalier nous hisse tout en haut de ce qui ressemble à un décors de cinéma, pas de fausse note dans la rusticité mais endormie ? que nénni la preuve  » clic «  .

 

Courry – Sous San Sébastian – 28 janvier 2022

Fabienne Fender   20 participants  5km  2h30  150m
Nous stationnons à l’entrée de Courry, petit échauffement à plat avant la montée aux Thomazes, nous sommes comblés, le temps est radieux en cette fin janvier, douceur, soleil bien présent, bonne humeur générale, points de vue magnifiques. Nous traversons la forêt de pins et châtaigniers qui nous mène à Pierre Morte et passons côté garrigue, sous la chapelle San Sebastian, le circuit se poursuit entre murettes et oliviers, nous finissons sur une descente un peu ravinée pour arriver à la balise du sentier qui monte à la chapelle. Retour aux voitures par la route.

 

Saint Paul le Jeune – La boucle des tunnels – 28 janvier 2022

Patrick Germa   8 participants  15.5km  +310m
Nous avons attendus, mais c’est à huit que nous attaquons la journée par le tunnel nord, le hameau du Poujol, La Matte avant le quartier de l’église de Banne et la montée de la Calade de l’Ozide jusqu’à Montgros pour un casse-croûte au soleil, à l’abri du vent qui vient de se lever faiblement. Il fait si bon sur cette dalle de grès chauffée par le soleil que nous trainons à table, occasion pour faire plus ample connaissance avec un nouveau caminaire. Le retour par la DFCI en travaux de débroussaillage nous offre une avenue très agréable et ensoleillée propice au train de sénateur qui sera le notre. Après le passage au  » viaduc » et son lot de superlatifs, c’est le tunnel de Gadilhe qui va clore cette belle sortie.
 

Ribes – La Tombe de Chalède – 25 janvier 2022

Michel Teissier   17 participants  8km  +280m 3h
Depuis l’église de Ribes nous empruntons une calade pentue pour rejoindre la Bastide en traversant le village. A partir de là nous amorçons une montée  en lacets dans  une belle pinède. En cours de route nous croisons un tailleur de pierre à l’œuvre puis une belle bâtisse en rénovation, nous dominons la ferme de Grandval et une partie de la vallée. Peu de temps après la fin de la montée une  descente s’offre à nous avec des parties blanches de givre et des flaques glacées. Après avoir vu la tombe rupestre de Chalède nous traversons le hameau  de Prades avec un magnifique panorama sur Rosières et Vernon puis nous rejoignons l église de Ribes.
 

Le sentier René Roche – 21 janvier 2022

Daniel Doladille   15 participants  5km  +120m
La balade du jour traverse un magnifique plateau calcaire à deux pas de Païolive où arbres et rochers ruiniformes se mêlent intimement. La marche est parfois difficile dans ce milieu… heureusement le terrain était sec. A mon avis, dans les rochers de Païolive les bâtons sont souvent une gêne puisqu’il faut s’aider des bras et des mains pour garder l’équilibre. Ce sentier qui n’est plus balisé ni entretenu devient difficile et peu recommandé à faire seul. La beauté du bois et ce magnifique labyrinthe méritaient cette découverte.
 

Grospierres – La boucle des cols – 21 janvier 2022

Patrick Germa   18 participants  13km  +500m
Midi, petit endroit sans vent, liqueur verte, galette, soleil, cake, what else ?. Mais avant cela un bout de plaine sur un chemin hippique tourmenté précédant une montée épique sur un beau sentier flirtant avec la route du Col de la Serre où nous prendrons le sentier des crêtes des Serres versant sud à l’abri du vent du nord qui souffle fort en cette matinée sans le moindre nuage. Petit épisode post repas jusqu’au Col de la Cize et descente dans le valat sans nom difficile à trouver dans les broussailles tant les autres sentiers semblent évidents mais la visite de la nécropole est à ce prix et ce n’est pas moins de sept « dolmens » qui sont visibles le long de ce ruisseau. La montagne des serres est riche de ce petit patrimoine, la commune de Grospierres comptant plus de 50 dolmens sur les 900 ardéchois. Le GR4 nous rapproche du Rouret pour un final très pentu.
 

Courry – Le serre de Silhol – 18 janvier 2022

Patrick Germa   18 participants  9.5km  +220m
L’unique montée commence à la croix de l’Aulanet, par une sente nous nous hissons sous les maisons forteresses des Rivières, puis des Thomases par les prémices de la DFCI que nous ne quitterons plus jusqu’au col de l’Estrée tout comme la forêt de châtaigniers pointillée de peu de pins, là nous croiserons un castanéiculteur-apiculteur sélectionnant avec précaution des scions afin de couronner ses porte-greffes. Au hameau de Reboul  nous faisons un aller-retour dans l’unique rue toujours surpris par le lieu. Nous reprenons le chemin toujours dans la forêt et les châtaigneraies domestiquées. Après les Trois Pierres, carrefour de six chemins, le froid se fait sentir, au passage des ruisseaux le gel est tenace seul « Courry » est au soleil de cette fin de belle après-midi.

 

 

 

 

 

 

 

Banne – Le poujol – 14 janvier 2022

Fabienne Fender   11 participants  5km  2h30  150m
Départ de l’église de Banne, nous prenons le sentier qui passe aux Fourches et devant le moulin pour arriver à la départementale que nous traversons, un bout de petite route goudronnée puis un chemin forestier entre deux versants boisés nous conduisent au Poujol. Belles maisons en pierre, éléments architecturaux intéressants, des petites ruelles typiques malheureusement sales, nous retrouvons la départementale, en face le sentier est plutôt raide, au passage nous avons une belle vue sur l’église de Banne et le château au loin, nous arrivons au Petit Brahic. Il ne reste plus que la forêt à traverser, avant de prendre la route en montée jusqu’au cimetière, et le retour aux voitures.

 

 

 

 

 

Rosières – Le vallon de Remène – 14 janvier 2022

Patrick Germa   11 participants  15km  +320m
Matin frisquet, Labeaume gelée dans ses calmes, mais rien n’entame l’enthousiasme du groupe. L’accès au plateau des gras sera la seule ascension notable de la journée, Premier arrêt au menhir imploré pour ses bienfaits, ensuite pour la majorité d’entre nous la découverte de « la maison bulle » et de la vierge de Chapias, plus bas la ferme des lamas du paysan-sculpteur fait toujours son petit effet, puis vient la pause de midi la très belle occasion de fêter les « 55 » ans de Jean-François ( à perpétuer, dixit Daniel) . Passage à la pyramide hommage aux bougeurs de pierres ardéchois et aller retour au Rocher des Curés site remarquable de Chapias et inévitablement rencontre de la mémoire vivante du Hameau. Une boucle à travers une vaste zone incendiée avec ses cades morts fantomatiques et une végétation rase qui tente de reconquérir ce plateau calcaire, nous amène (après un trajet en direction de Privas) en suivant le balcon de Rosières tout en haut du valat de Remène et de sa délicate descente au relief tourmenté qui s’achève sur un aqueduc à trois arches permettant à une béalière le franchissement du valat.
 

Grospierres – Le chastelas – ND des Songes – 11 janvier 2022

Michel Teissier   14 participants  8.5km  +220m 3h
Nous démarrons  notre boucle par une piste qui monte régulièrement et en douceur. Un vent froid nous accompagne jusqu’au croisement du col de Ciste pour redescendre tranquillement avec une vue splendide sur la plaine de Grospierres. Nous arrivons à la chapelle Notre Dame des Songes, perdue dans les bois, elle remonte aux croisades, de style roman, elle est rectangulaire et terminée par un chevet en hémicycle. Le chœur voûté en cul de four est couvert d’un ciel bleu parsemé d’étoiles, l’entrée du chœur, orné d’une étoile, est daté de 1256. mais malheureusement fermée. Après une descente caillouteuse nous longeons le hameau du Chastelas berceau de Grospierres ( A partir du 10ème siècle, un château et une église sont aménagés au pied du rocher. La faille Grospierres possède la seigneurie. Au 11ème siècle un village se blottit sur les pentes. Au 15ème siècle, le site est possession du Vicomte de Joyeuse, A partir du 19ème siècle, les habitants vont s‘établir dans la plaine). Nous poursuivons en direction de la résurgence de Fond Vive, nous sommes surpris par sa couleur verte et sa limpidité. Après un passage à gué nous rejoignons nos véhicules 1,5km plus loin.
 

Le tunnel de la Gadilhe – 7 janvier 2022

Fabienne Fender   11 participants  6.5km  2h30  150m
Départ de St Paul le long du ruisseau, nous traversons les hameaux La Brousse et Les Monèdes direction la Croix Rouge et Le Frigolet par le lavoir. Un sentier un peu caillouteux et moussu mais très plaisant nous conduit au Viaduc du Doulovy où nous prenons la direction de Gagnières sous un doux soleil, bienvenu en ce début janvier.  Arrivés à l’entrée du tunnel nous nous réjouissons de la traversée, but de la randonnée, et apprécions la réalisation de ce nouveau passage de la voie douce entre l’Ardèche et le Gard, qui nous ramène à notre point de départ. Belle première petite randonnée de l’année.

 

 

St Ambroix – Montalet – La tour Guisquet – 7 janvier 2022

Patrick Germa   9 participants  13km  +530m
Après la traversée du centre de Saint-Ambroix et quelques passages encaissés devant nous un sentier tout droit raide, presque un toboggan inversé. D’entrée nous avons fait les 4/5 du dénivelé et à bonne allure nous arrivons au Château médiéval de Montalet en avance sur midi donc nous irons casse-crouter plus loin au soleil d’une clairière de cette belle forêt du Rouvergue et de ses magnifiques sentiers. Après un passage macadamisé et une descente caillouteuse, le dernier dénivelé avalé un chemin en balcon plein sud nous conduit à la tour Guisquet curieuse construction et drôle d’histoire presque contemporaine. Le retour au niveau de la ville fut l’occasion de tester les belles installations sportives vides de pratiquants.
 

Les Armas – La crèche – 17 décembre 2021

Michel Teissier   13 participants  4.5km  +100m
La version 2021 part du Pradal, tout de suite nous sommes sur un panorama splendide vers le piémont cévenol, le soleil éclaire l’église des Sallèles, Saint-Pierre plus haut se laisse voir aussi, nous sommes maintenant sur le GR4, le long de la grande muraille, promontoire sur le Chassezac dompté en cet endroit qui se glisse sous le Pont du XIII° siècle et enveloppe le château de Chambonas dans un large méandre. Aux Armas, les maisons remplacent les oliviers et de rues en ruelles nous atteignons le lavoir lieu choisi par les habitants pour réaliser cette très belle crèche, différente encore cette année mais toujours placée sous l’immuable Serre de Barre enneigé. A l’an que ven que se siam pas maï que siguem pas mens.

 

 

 

 

 

 

Montselgues – La crèche – 17 décembre 2021

Patrick Germa   12 participants  12km  +240m
Heureusement nous n’avons pas cru info-route, prudemment mais surement nous avons rejoint Montselgues, bien nous en a pris, six degrés de plus à mille mètres que dans la vallée, va comprendre. Un soleil sans son vent du nord, un ciel d’un bleu immaculé décidément la météo de cette fin d’année est rando-compatible. C’est avec entrain que nous attaquons la boucle bien connue dans les chaos de ce beau plateau du nord de Montselgues « le mont des cieux » sauf qu’ à l’extrémité nord de la boucle, juste avant Les Cayres les grillages d’une zone immense dévolue aux chasseurs nous barre la route, sous le regard narquois de bovins bizarres nous rejoignons notre itinéraire sur la route de la pêcherie. Par le GR4 sentier en panorama permanent nous regagnons « Le petit Paris » lieu choisi pour une pause déjeuné sur nos sièges de granit chauffés par le soleil. Après ce réconfort, surprise nous dérogeons au traditionnel parcours pour emprunter une sente qui de Felgere à Bourren nous émerveillera par son point de vue là encore permanent sur les neige alpines. Puis l’église du village et son énorme crèche fruit de nombreuses heures de travail, ce serai dommage qu’il n’y ai pas bientôt une naissance dans la petite grotte vide.
 

Chapelle Sainte Apollonie – 14 décembre 2021

René Pelin   14 participants  8km  +250m
Sur un scenario de Sylvia, une réalisation de René, nous avons passés une bonne après-midi très ensoleillée sauf à l’ubac toujours un peu frais. Un parcours inhabituel en forme de double boucle, une première par le bel hameau du Bosc où nous croisons à nouveau l’agave fleurie qui n’en fini pas de mourir accompagnée par ses rejetons, avec en point d’ orgue la chapelle, c’est le moment de préciser la légende, Sous l’occupation romaine, Apollon était vénéré sur cette colline, mais Apollonie n’a rien à voir avec lui, c’est une jeune chrétienne martyre qui vivait à Alexandrie. Elle se jeta dans le bûcher pour ne pas renier sa foi. Durant les guerres napoléoniennes, en 1812, des jeunes conscrits du village se mettent sous la protection du ciel et promettent s’ils en reviennent vivants d’élever une chapelle sur le Puech. Oubliés dans une caserne de St Etienne en Forez ils ne virent jamais un champ de bataille et s’en revinrent donc, sains et saufs, une fois les hostilités terminées. Ils tinrent leur promesse et élevèrent, avec l’aide de tout le village, la chapelle qui est bénite en 1817. Jusque dans les années 1980, les Picourets (habitants du village) y font un pèlerinage mais encore aujourd’hui une relique, la dent de Sainte-Apollonie est vénérée, on « passe la dent » sur la gencive de 50 à 80 bébés tous les mois pour les soulager (ça passe en Ariège). Ceci fait, nous descendons la face nord, en direction du « Mas des Prés » au milieu de magnifiques oliveraies, après une très jolie descente rendue difficile par les feuilles sèches et autres aiguilles glissantes nous atteignons la belle Bâtisse de la Molette, fin de la deuxième boucle.
 

Païolive – La corniche et l’Ermitage – 7 décembre 2021

Jean-Marie Lamy   15 participants  6.3km  +70m
Un petit malentendu au départ, quatre noms pour trois parkings ???? enfin, tous à Lestong et en sentier pour la boucle d’un après-midi. Il y en a des corniches, mais celle-ci est certainement la plus incroyable, que l’on regarde vers le Chassezac ou vers le bois on est toujours surpris, on découvre comme à notre première visite. A cette saison où les arbres sont nus, le regard porte plus loin, des rochers, chaos, avens, lapiaz prennent des formes surprenantes, silhouettes improbables, fantômes de calcaire. A l’approche de l’ermitage Saint Eugène fondé en 1652, nous profitons du panorama sur Chassagnes, son château et le patchwork de ses cultures. Contournement de l’ermitage et descente vers « les trois seigneurs » pour un retour décontracté et bavard. La première rando proposée par Jean-Marie, elle en appelle d’autres aussi réussies, nous avons retrouvé son frère Jean-Pierre avec un réel plaisir, ce binôme devrait nous envoyer balader à l’avenir. La joie aussi de retrouver nos amis « saisonniers » et futurs animateurs en pleine forme.

 

Paysac – Le Vignal – 3 décembre 2021

Michel Teissier   14 participants  6.3km  +170m
Après un court échauffement sur un chemin forestier sous les pins, un sentier bien en montée nous conduit à une grande demeure en pierre, Bernardy, qui fait l’admiration de tous. Nous la contournons pour poursuivre plus en douceur jusqu’au Vignal, nous sommes à l’abri du vent, le soleil nous accompagne, on a peine à croire que nous sommes en décembre. Au Vignal, de grands espaces d’oliviers nous accueillent, nous avons la vue presque à 360° et chacun cherche un repère connu. Nous poursuivons le long des vignes avant de retrouver la forêt et la descente vers Montchamp magnifiquement exposé, nous retrouvons bientôt le chemin de Bernardy pour le retour.
 

Saint Privat de Champclos – St Ferréol – Feyrrerolles – 3 décembre 2021

Patrick Germa   10 participants  13km  +350m
Soleil d’hiver, ciel bleu sans taches blanches, temps idéal pour une balade Gardoise ponctuée d’ histoire, d’abord la Chapelle Saint Sébastien puis la traversée de deux des dix hameaux de Saint Privat, nous sommes admiratifs de ce que l’on pourrait qualifier de Hameau-musée belles pierres, objets posés ça et là de manière cohérente, pas vandalisés, pas de fausse note, une belle découverte. L’ermitage de Saint Ferréol édifié sur les ruines d’un ancien monastère dont la trace remonte au XIIIe siècle de style roman était un lieu de prière pour quelques moines ermites, nous accueille pour le casse croûte en bord de Cèze. Nous avions remarqué une longue descente avant midi, nous allons tout remonter de manière brutale sous le couvert des chênes, pour contourner le Serre de Monchan et le Domaine naturiste de Sablières où nous doutons de déranger quiconque. Le sentier surplombe les gorges dans une succession de petites bosses, jusqu’aux ruines de Feyrrerolles, datant des Xe et XIIe siècles, construit sur un piton rocheux dominant un méandre des gorges de la Cèze, le château, place forte au Moyen Âge, avait pour vocation de protéger les terres des Ducs de Banne et faisait office de poste avancé en période conflictuelle.Retour par une belle piste, après une courte descente digne de notre montée d’après cake.
 

Grospierres – Dolmen et Bonne fille – 30 novembre 2021

Patrick Germa   12 participants  9km  +270m
Encore une très belle journée, fraiche bien,sûr c’est de saison, mais la montée vers le GR4 nous tiendra à température élevée, par un petit sentier serpentant d’abord, puis par les grands chemins au fond de vallons à l’ombre de l’hiver dont les flaques ne dégèlent pas. Au carrefour des chasseurs nous croisons deux vététistes dévalant le GR à vive allure, elles nous évitent gracieusement, ce geste leur vaut le qualificatif de « bonne fille », comme la combe que nous approchons toujours sur un large chemin pour découvrir le dolmen éponyme qui appartient à un ensemble mégalithique de près de 80 monuments édifiés sur le plateau et les flancs ouest de la Montagne de la Serre. Ce dolmen est le premier rencontré quand on arrive sur la montagne de la Serre depuis le village de Grospierres. Situé au milieu d’un taillis de chênes verts, il surplombe la plaine. Il est un des rares monuments dont la chambre a conservé ses principaux éléments architecturaux : dalles latérales, chevet et dalle de couverture. Là nous retrouvons le sentier typiquement Ardéchois, pierres qui roulent, ravines humides, saut de rivière et bonne humeur persistante.
 

Banne – Le petit âne bleu – 26 novembre 2021

Véronique Roux  12 participants  5km  +100m
Ce matin n’est pas très engageant petit grésil sur Malbosc, mais c’est trop tard, on verra bien, et on a vu un soleil frais mais soleil quand même. Route forestière détrempée, au début puis excellente ensuite, des conversations s’installent, des origines communales identiques se découvrent, de la bonne humeur, des surprises canines plaisantes et la belle forêt de pins sur un tapis de fougères sèches, que dire des herbes dorées qui bordent la voie comme les Pieds de mouton abondant sous un lit d’ aiguilles, la fin fut animée par de beaux Patous gardiens d’un étal improbable de légumes et produits de la ferme vendus en toute confiance. De temps en temps cela a du bon de faire une sortie différente.
 

Saint André Lachamp – Les moulins d’Alune – 19 novembre 2021

Patrick Germa   13 participants  14km  +425m
Nous démarrons du pont sur l’ Alune près du Moulin Dupuy, un mix de route et majoritairement de beaux sentiers forestiers  nous approche de Saint André Lachamp point culminant de notre périple du jour, où nous cassons la croute en compagnie de « x » le chien du bourg sous la protection d’un intrigant crucifix. De là notre descente vers les moulins d’ Alune d’abord en forêt, puis dès le contact établi avec la rivière dans une atmosphère moite comme une enveloppe humide, sombre et glacée nous cheminons oubliant le moulin Bertrand, le moulin Delenne pris dans cette ambiance inhabituelle jusqu’au pont de Vermale, nous avons hâte de retrouver le soleil, mais la remontée vers la forêt fut de courte durée, car notre itinéraire nous ramène à nouveau au bord de la rivière et pour véritable lieu d’industrie avec conduite forcée, canaux, usine « Le Roustalou »  un monstre qui se trouve en fait à 300m de nos véhicules.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Payzac – Les Chanels – 19 novembre 2021

Fabienne Fender   17 participants  4km  2h00
Nous contournons Paysac entre vignes et oliviers pour rejoindre le hameau du Quillard où nous pénétrons dans un bois de pins. Le soleil est bien présent, le temps doux, nous avançons dans un environnement automnal coloré et apaisant. En traversant la route de Brès, nous avons la surprise de croiser l’ancien maire des Vans et sa femme, petite pause au milieu de la route à converser joyeusement !. Un petit sentier dallé nous conduit aux Chanels petit hameau pittoresque et authentique où nous avons toujours beaucoup de plaisir à nous attarder. Puis c’est la remontée vers le village, le retour se faisant par le Vieux Mazert
 

Thines – Ferme de l’Espinas – 18 novembre 2021

Patrick Germa   8 participants  10km  +525m
Un jeudi ? pourquoi pas, il était question d’une reconnaissance avec Jean-marie, et puisque quelques uns des habitués du vendredi seront absents demain, nous avons décidé de mettre cette sortie dans le programme. quel bon choix, une météo parfaite, nous décidions de monter à petits pas les 525m en admirant les paysages proches comme lointains quel régal: Le ventoux, les écrins, les serres, le bouquet, le serre de barre, enfin tout prêt les vallées du Chassezac et de la Thines sublimant le village qui la surplombe. Midi, la Sublime ferme de l’Espinas classée monument historique nous sert de cadre pour le casse-croute, puis la descente prudente entre sentes abruptes et amas de feuilles mortes cachant ça et la quelques pièges à chevilles. Le froid commençait à se faire vif aidé du vent du nord depuis la mi-journée, vers 16h, heureusement avant la congélation nous arrivâmes aux voitures.
 

Pleoux – Les grandes terres – 16 novembre 2021

Patrick Germa   15 participants  9.3km  +225m
Festival de couleurs, dans la garrigue c’est l’automne mais dans nos têtes c’est l’été, on a rarement vu autant de plaisantins, il faut dire que l’air était léger, le soleil libre de nuages compensant la fraicheur saisonnière, la présence de notre sympathique caminaïre du Pas de Calais n’était pas étrangère à l’affaire. Au Divols nous eûmes une pensée pour Carabasse que nous avons escaladé à trois la semaine précédente, le sentier difficile à suivre dans ce dédale du type Païolive, est un enchantement, pas difficile, pas trop pentu, facilitant la conversation des marcheurs qui se retrouvent après une désagréable parenthèse. Pas besoin d’en faire trop, les superbes photos de Léo en témoignent.
 

27 ans des Caminaïres – Samedi 13 novembre 2021

Salle comble aux Salelles pour ce repas anniversaire animé par le duo « ÉMOTION » qui nous a de belle manière remis en mémoire les chansons de nos bals populaires qu’elles soient nostalgiques, amoureuses ou comiques pendant que Romuald nous régalait comme à son habitude par ses mets accompagnés d’un choix de spiritueux testé par René et particulièrement appréciés. Après plus de quatre heures de folle ambiance, nous pensions entamer une séquence de discutions légères, c’était sans compter sur DjKoltan qui avait préparé une bande son dont il a le secret, Encore une bonne journée avec nos anciens qui ont portés l’association pendant ces vingt-sept ans et plus longtemps avant qu’elle ne soit formalisée.
 

Laurac en Vivarais – Montréal – 12 novembre 2021

Patrick Germa   10 participants  13km  +350m
Festival de couleurs dans les vignes mais aussi dans les forets où les pins se disputent avec les châtaigniers et autres arbousiers. Nous arpentons la boucle à René à l’envers, avec un coucou à la fontaine du Toufache chère à Fabienne, A l’approche de Montréal plongée dans le ruisseau de Pézenas pour un parcours sombre et moite jusqu’à la remontée dans le beau village médiéval de Montréal pour un casse-croute au soleil dans un espace protégé. Sentier varié, hauts murs, calades en mauvais état et quelques fleurs évadées d’une autre saison nous amènent à la falaise des Fayssards lieu entretenu par des passionnés et placé sous la surveillance de Titanic qui coule là des jours heureux. De nouveau des bois et une longue et belle descente dans les rochers humides et moussus aux portes de Laurac.

« Billet de Jean-Marie« 

 

Le mas de l’ Oume – 12 novembre 2021

Fabienne Fender  20 participants – 6,5 km – 2h30
Le temps est particulièrement doux en ce mois de novembre pour cette randonnée dans le bois de Banne. Nous partons sur une piste forestière plus large que les petites routes empruntées pour venir à Pigère. Après un passage sous un ancien viaduc abandonné, nous rejoignons celui du Doulovy, bien plus imposant, qui nous émerveille toujours. Nous le traversons pour repartir en sens inverse, la piste est bordée d’arbousiers, nous zigzaguons entre les ornières boueuses, avant d’arriver au parc des chèvres en fin de circuit.
 

Le puy Lacher par Carabasse – 9 novembre 2021

Patrick Germa   3 participants
Premier essai de mardi à la journée: peu concluant. Pourtant que la montagne fut belle, pas un nuage, les meilleures heures de la journée employées à marcher, admirer et s’instruire sur les panneaux judicieusement situés. L’approche est variée, dolmens, chapelle St Régis, joli hameau, 2cv, puis sentier facile jusqu’au col de la serre et plus incliné à l’approche du Puy Lacher en haut duquel trône un mat sans drapeau, lieu idéal pour un casse-croute au soleil en face du Mont Ventoux. Descente par le même sentier, passage en balcon dans les ruines de Carabasse puis la « cabane » et échange de sourires complices: on a bien fait de venir !.
 

Les Salelles – Castagnade  – 5 novembre 2021

Petite balade en préliminaire à nos agapes, boucle autour de la mairie qui nous accueille pour une petite vingtaine de courageux qui plongent vers « Les moriers » où nous avons la belle surprise de retrouver Yvette autrefois « camïnaire », de ce hameau nous attaquons « la remontada » bête noire de Jean-Claude qui plus haut vers « Luminières » eu droit à une séquence émotion en rencontrant Maryse, longtemps membre de notre association. Fin de randonnée un peu étirée, les plus véloces sentant l’œuvre de Guy, fidèle cueilleur et grilleur du fruit de ses vieux châtaigniers. Sur place, à l’abri du vent nous attendait d’autres caminaires et nous avons dégusté d’ excellentes châtaignes, arrosée comme il se doit. A l’occasion du retour de cette manifestation, notre trésorier toujours parfait dans son rôle à annoncé qu’il avait dépassé les soixante-dix cartes de marcheurs. Remercions bien sûr la municipalité, et Michèle la chef d’orchestre de cette sympathique après-midi.
 

Le Batistou – 26 octobre 2021

Daniel Doladille   12 participants
Premier essai de la proposition « Rando-vacance » deux étudiants dont une attentive. C’est déjà ça. Nous n’allons pas encore  décrire cette boucle, elle l’est merveilleusement dans un topo de l’OT. Merci à Daniel, c’était une demande de dernière heure, il à assuré, quel talent !.
 

Barjac – Dolmens et Baumes  – 22 octobre 2021

Patrick Germa   16 participants –  14 km – +250m
Un nouveau rédacteur pour cette sortie, clic sur le lien

« Billet de Jean-Marie« 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le sentier Jean-Pierre Chabrol – 22 octobre 2021

Fabienne Fender  15 participants – 5,5 km – 3h00  (tant de choses à voir)
La journée est douce, lumineuse, idéale pour cette randonnée à Chamborigaud, ville minière au coeur des Cévennes. Nous longeons le Luech dont les berges sont encore encombrées de branchages suite à l’impressionnante crue de la rivière il y a une quinzaine de jours, le village de Pont de Rastel a été dévasté et les habitants sont encore marqués par l’évènement. Nous sommes sur le chemin de la Régordane qui reliait l’Ile de France à la méditerranée, emprunté à l’époque des croisades pour rejoindre St Gilles et embarquer à Aigues-Mortes, Pont de rastel était un lieu d’échanges de marchandises, celles qui venaient du Nord et les autres du Sud. Au bord de la rivière, nous passons devant le château de Montjoie, puis devant une ancienne filature de soie, sur l’autre rive se trouve le mas ancestral du Gravas où a vécu Jean-Pierre Chabrol, avec au fond du pré le caveau de la famille. Chabrol, écrivain, conteur,journaliste, scénariste est né à Chamborigaud en 1925, mort en 2001,les grands thèmes de son oeuvre sont les Cévennes, l’épopée des camisards, le maquis, les petites gens. Nous nous dirigeons enfin vers le viaduc du Luech, impressionnant ouvrage architectural ou circule encore le train qui relie la Méditerranée à Clermont-Ferrand, 29 arches, piliers de 46m de haut, forme circulaire, un chef d’oeuvre dans une nature de toute beauté. la descente se fait entre murets et constructions.
 

Les Salelles – Luminière – La pontière – 19 octobre 2021

Sylvia et Michèle   21 participants  –  9.3 km  –  +250m
Église des salelles, départ de cette rando à travers les hameaux entre lieu de culte et lieu de pouvoir, nous pensions l’église sur un piton, que nenni il faudra monter à travers la forêt de pins en suivant une calades ravinée par les pluies du début de mois. Après un dénivelé de 200m d’un parcours agrémenté de quelques beaux panoramas nous passons à la mairie des Salelles et poursuivons vers luminière d’où nous attaquons la descente entre murets et constructions nouvelles, sous la menace soudaine de la pluie qui rafraichie l’atmosphère mais ne tombera pas. Les Moriers, à partir d’ ici les pierres des maisons anciennes passent d’un opus incertum doré à un alignement quasi militaire que nous retrouvons dans les ruines des rives de La pontière, n’oublions pas ce curieux monument au « marcheur lassé »  juste avant le retour à l’église.
 

Les Balmelles – 15 octobre 2021

Daniel Doladille   6 participants  –  15 km  –  +430m
Vendredi 15 octobre nous n’étions que 6 à traverser le magnifique plateau des Balmelles mais comme le montrent les photos de Léo, la rando en valait la peine ! Vaste plateau de grès couvert de bruyère d’où les yeux se perdent vers les horizons lointains…jusqu’aux Alpes, jusqu’au mont Lozère… Et les yeux descendent obligatoirement vers les vallées encaissées de l’Altier, du Chassezac et de la Borne. On peut alors énumérer tous les hameaux accrochés aux pentes, Planchamp, Pied de Borne, Sainte Marguerite Lafigère, La Viale…Ces vallées bien exposées étaient surnommées le Petit Nice irriguées par les fameuses béalières. Avant la construction de la départementale D51 au XIXe siècle, le plateau des Balmelles était la voie la plus directe vers Villefort, à pied ou en convoi muletier. Aujourd’hui le hameau des Balmelles se meurt…La cloche de l’école publique ne tinte plus depuis longtemps et un silence pesant rend ce lieu quelque peu lugubre !

 

 

Ste Marguerite Lafigère sentier des châtaigniers – 15 octobre 2021

Fabienne Fender   18 participants  –  5 km  –  2 h45
Une fois de plus, sous un soleil radieux, nous découvrons un lieu d’une beauté exceptionnelle. Le sentier pédagogique de la châtaigneraie au hameau de Feyrerolles a été réalisé très récemment en partenariat avec la commune de Sainte Marguerite Lafigère, la communauté de communes des Vans et le Parc Naturel Régional des Monts d’Ardèche  et a été inauguré en septembre 2020. Nous sillonnons donc la châtaigneraie au-dessus du hameau, c’est la pleine saison de la châtaigne et nous ne pouvons nous empêcher d’en mettre à la poche ! De temps en temps nous avons un passage un peu sportif de ruisseau, une pause pour admirer au milieu des fougères des ruches typiques dans des troncs de châtaigniers, puis nous retrouvons la route pour le retour le long d’une béalière. Au-dessus de nous de magnifiques crêtes rocheuses nous émerveillent, tous les randonneurs sont conquis par la beauté du lieu. Le circuit est varié, le temps idéal, les points de vue sur la rivière Borne nous émerveillent. Nous ne comprenions pas pourquoi il n’y avait pas d’eau dans les béalières, surtout après les récentes pluies automnales, au hameau nous avons eu la réponse, hors saison elles sont vidées et nettoyées. Un moment d’échanges avec le maire que nous rencontrons en rejoignant les voitures, un petit tour à la brasserie artisanale de Feyrerolles agrémentent la fin de la randonnée.


 

La boucle à René – Laurac – 12 octobre 2021

René Pelin   20 participants  –  10 km  –  +250m
René fut prompt  à nous éloigner du village mais nous ne nous sommes pas débarrassés pour autant des constructions, ce coin de campagne est décidément très construit, quelques bâtisses anciennes en cours de rénovation où admirablement finies entrecoupées de pavillons jalonnent la banlieue de Laurac en Vivarais jusqu’au abord de Rosières. Nous eûmes droit dans la partie plus sauvage à quelques surprises comme cette énorme écrevisse à pattes rouges, quelques amanites des césars, de très beaux ruisseaux et une tentative de Land-art. Une grande satisfaction de cheminer avec de nouveaux caminaires comme à chaque sorties ce début de saison et le plaisir de revoir les caminaïres historiques à nouveau sur les sentiers.

 

 

St Paul – D’un versant à l’autre – 8 octobre 2021

Fabienne Fender   15 participants  –  7 km  –  3 h00
Nous sillonnons les gras de St Paul sous un beau soleil automnal, passage à la capitelle, puis nous revenons sur le sentier de Mentaresse pour passer côté bois. Nous longeons le lavoir, malheureusement jamais entretenu, et montons sur le chemin forestier des Rousses, nous poursuivons par les hauts des Sagnes, un bout du chemin du Champval et un sentier de traverse qui nous conduit au lavoir des Sagnes. Retour par le hameau de Brousse.
 

La crête du Serre de Barre – 8 octobre 2021

Daniel Doladille   10 participants  –  13 km  –  +680m
Ce vendredi 8 octobre nous étions 10 à monter au Serre de Barre. Cette randonnée d’une journée est connue par le plus grand nombre mais deux d’entre nous rêvaient toujours d’y monter ! C’est vrai les cimes attirent toujours et on a envie de voir les antennes de près ! Heureusement le panorama mérite toute notre attention et toutes nos émotions ! Nos yeux se perdent dans ce paysage immense et chacun cherche un repaire, un lieu connu, un sommet alpin, le mont Ventoux, son village… Et dans la longue descente jusqu’à la D901 j’ai pensé au texte de Christophe Gallaz qui décrit bien la marche des caminaïres présents ce 8 octobre !

« Un pas devant, un pas derrière. Un geste, un autre. On avance. On recule. On s’écarte. On s’interrompt. On reste. On bondit. On suspend son pas. Un pas de côté, un pas à droite, un pas à gauche. Un pas de biais. Un grand pas. A petits pas. Se dresser sur la pointe des pieds. Se balancer sur un talon. Marcher d’une traite. Avancer par étapes. Arpenter. Cheminer. Obliquer. La lenteur, la vivacité, la régularité, la rapidité, le retard, la cadence, la foulée. Flâner, piétiner, emboîter le pas, s’arrêter, suivre. »

 

Gagnières – Pierre Morte – 1 octobre 2021

Fabienne Fender   19 participants  –  4.8 km  –  1 h50 – +180m
Départ place de la mairie de Gagnières, en montée, par un temps ensoleillé. Nous passons devant la chèvrerie des Issards et poursuivons sur un sentier raviné et caillouteux, toujours en montée jusqu’à Pierre Morte. Le circuit se poursuit en direction du col du Grand châtaignier dans une forêt de pins, chênes et châtaigniers avec de beaux points de vue sur les Cevennes. Arrivés sur la route, qu’il faut longer sur quelques centaines de mètres avant de retrouver le sentier forestier qui nous conduit sur l’ancienne voie ferrée pour le retour.
 

Les sources du Tarn – 24 septembre 2021

René Pelin   15 participants  –  16.5 km  –  +380m
Du Mas de la barque, nous suivons le GR72 que nous quittons à Belle coste, au Mas camargues, un ensemble bâti connu dès le 15eme siècle qui fut un lieu d’agropastoralisme grand d’une centaine d’hectares jusqu’à la Grande guerre, nous attaquons la plaine du haut Tarn où nous trouvons une multitude de sources et trous d’eau. Retour par le Pic Cassini 1680m, point 0,0 du maillage géodésique de la France, après le rocher de l’aigle nous longeons La tête de bœuf jusqu’à boucler la randonnée.

 

 

 

St-Genest-de-Beauzon L’église inachevée – 24 septembre 2021

Fabienne Fender   16 participants  –  5 km  –  2 h30 – +200m
Saint Genest de beauzon est constitué de nombreux hameaux. Au XIXème siècle, suite à un désaccord entre les hameaux du Cros et du Suel débuta la construction de deux églises. Celle du Cros fut achevée la première et inaugurée par l’évêque de Viviers. A cette époque les deux sources de revenus, la vigne et le vers à soie furent décimés par le phylloxéra et la pébrine. La pauvreté et l’exode rural qui s’en suivirent ne permirent pas d’achever la construction de l’église au hameau du Suel. Nous partons donc de cette église inachevée par un bois jusqu’au hameau du Darboux. Le sentier se poursuit entre les murets, sous pins et châtaigniers jusqu’à un ruisseau que nous traversons pour rejoindre le hameau de Monteillet et ses oliveraies, puis nous longeons les vignes sous un ardent soleil. Nous retrouvons bientôt et avec plaisir le bois pour une fin de circuit par le hameau des Crozes.
 

Chambonas-les sielves-Marvignes – 21 septembre 2021

Sylvia Eclercy  11 participants  –  10 km  –  +350m
Très beau soleil, départ devant la grille du superbe château de Chambonas du XVIIé siècle, nous en contournons les magnifiques jardins en direction du hameau Le Méliet jusqu’à Fontgranier puis en forêt jusqu’au Sielves que nous quittons pour rejoindre le hameau de L’Evescat d’où nous avons une superbe vue sur la vallée du chassezac face au Serre de Barre. A partir d’ici nous attaquons la descente du chemin du Colombier jusqu’au pont du nassier que nous traversons en direction de Marvignes petit hameau avec ses
passerelles et ses traboules. Nous reprenons le GR4 jusqu’au hameau de « Des Maisons » qui nous offre  une vue magique sur le chassezac et le château de Chambonas, après plusieurs kilomètres nous redescendons pour la traversée du pont de Chambonas et la fin de la randonnée.
 

Labeaume Le Ranc de Figère – 17 septembre 2021

Fabienne Fender   15 participants  –  5 km  –  2 h
Nous partons de la nécropole mégalithique du Ranc de Figère vers une croix brisée dont il ne reste que le socle, puis nous nous enfonçons dans les bois pour un circuit au milieu des chênes. Passage à l’Abeille, une ferme dont les premiers bâtiments dateraient du XVème siècle qui fut acquise dans les années 60 par une association de petits chanteurs qui œuvre pour sa réhabilitation. Retour entre des formations rocheuses importantes et inspirantes.

 

St Jean de pourcharesse Vallée de la sure – 17 septembre 2021

Jean-Pierre Damay   7 participants  –  12 km  –  +650 m
Peu de randonneurs pour cette première sortie de l’année, nous étions 6, 4 filles et 2 garçons. Le temps était parfait au départ et il l’est resté jusqu’à notre retour qui a marqué l’arrivée de quelques gouttes de pluie, mais rien de bien sérieux. A l’abri de la végétation, nous avons pu profiter de la diversité de la flore locale et en particulier des grands châtaigniers qui au fil des décennies, s’effacent peu à peu pour laisser de jeunes arbres trouver leur place. Mais nous avons aussi pu admirer des grands pins et quelques autres essences courantes de nos forêts.Après avoir quitté le village de st Jean de pourcharesse et sa magnifique église construite aux XIIe et XIIIe siècles, en partie reprise et complétée aux XVIe et XVIIe siècles et qui fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques, nous sommes partis en direction de Dépoudent, puis Terrus et Buziges, des lieux dit typiques avec des maisons construites en pierres de lauze. Arrivés à Rosilles, déjeuner sous le patio d’une maison de vacances. Gloria avait même prévu la nappe.  Reprise de notre marche, passage sur plusieurs ponts en pierre ; pont de la Planche, pont de Pra qui surplombe la Sure et retour par le lieu-dit Termes puis St Jean où la montée finale a eu raison de notre vigueur. Toute la journée, l’ambiance a été excellente et nous avons pu apprécier les nouveaux adhérents, Christiane, Gloria et Jean-François .  Belle journée dans une nature luxuriante et encore préservée.

 

 

 

 

 

SAISON 2021 – 2022

 

Billet de Jean-marie

Pique-nique partagé – 29 juin 2021

Sous un soleil alternant avec quelques nuages, nous nous sommes retrouvés une quarantaine d’irréductibles autour d’agapes fort engageantes. La mairie des Salelles nous accueille avec beaucoup de gentillesse dans ce bel espace dominant le Chassezac et faisant front au serre de Barre offrant ainsi un large et beau panorama. Les préparations culinaires délicieuses et les boissons diverses tendance caraïbes nous ont fait oublier la mauvaise saison écoulée, après avoir pris des forces, place au sport, les concurrents de ces joutes nous ont régalés de figures plus ou moins gracieuses et très commentées. A signaler la prestation de Renée tant pour le style que  pour le résultat. Remerciement à Madame le maire des Salelles pour son accueil et bien sur à Michelle et René pour leur implication sans faille. 

 

 

La Goule de Sauvas – 18 juin 2021

Fabienne Fender   10 participants  –  7 km  –  +80 m
Au-dessus de St Paul côté garrigue, sous un soleil ardent, nous partons en direction de Sauvas, passage devant le dolmen restauré un peu envahi par les herbes, et nous arrivons à la route de St André de Cruzieres que nous traversons. Nous descendons jusqu’à la Claysse presque à sec entre d’imposants rochers dans lesquels elle va se glisser pour un parcours souterrain. Nous reprenons notre randonnée sur le calcaire jusqu’au hameau de Sauvas où nous nous attardons dans de belles ruelles avant de rejoindre le lavoir et sa fraîcheur. Retour par les hameaux de La Gadilhe et Les Monèdes.

la goule et son réseau – https://www.philippe-crochet.com/galerie/cavites-remarquables-francaises/details/163/systeme-cocaliere-peyrejal

Billet de Jean-Marie

Boucle de  Gournier – 11 juin 2021

Patrick Germa   32 participants  –  8.5 km – +310 m (orange clair) et 13 km – 430 m (orange foncé)
Ciel bleu, 30 degrés, léger vent nous entamons depuis l’ancienne maison forestière de Saint Remèze la longue descente vers la rivière. Sente agréable à l’ombre des chênes verts, sans danger, très beau balcon au Dolmen de Chanet, un point de vue sans cesse renouvelé sur l’Ardèche jusqu’au Bivouac de Gournier pour un pique-nique trois étoiles. Nous ne trainons pas à table, sûrement la petite inquiétude du secteur qui nous attends, d’abord une longue vire glissante, et surtout une main courante au dessus de l’eau franchie avec prudence pour la plupart d’entre nous, avec décontraction pour d’autres ou assistance mutuelle pour le dernier binôme. Nous poursuivons la rive gauche sous l’œil méfiant d’un bouc « à ne déranger sous aucun prétexte » jusqu’à une première halte fraicheur : une grotte dorée résurgence de rivières temporaires. Plus en aval une autre grotte nous rafraichira et donnera en plus de dorures un petit lac souterrain alimenté par le vallon des pins 200m plus haut. De retour au chaud nous contournons  » la cathédrale » et attaquons la remontée en pente presque douce vers le Belvédère des Templiers. Là nous abandonnons le groupe « orange clair » pour aller à travers le « bois de Malbosc » récupérer les véhicules. Excellent bilan pour cette journée, ambiance retrouvailles et connaissance de nouveaux compagnons de chemins sur une sortie inédite, que du bonheur !!!.

 

Saint Alban – Le dolmen du calvaire – 4 juin 2021

Fabienne Fender   7 participants  –  6 km  –  +150 m
Nous partons du passage de la résurgence pour rejoindre le chemin de croix qui nous mène à la chapelle et au Dolmen du Calvaire. C’est le vicaire général de Viviers qui autorisa l’érection d’un calvaire sur la paroisse de St Alban et ce calvaire aboutit à la chapelle construite en 1677 par Mr Marron, ce monument devait servir de sépulture pour lui et sa femme. Début du 18ème siècle,les pénitents faisaient une procession sur ce chemin de croix pour être préservé de la peste. De la chapelle la vue est magnifique sur le rocher de Sampzon. La randonnée se poursuit à travers une garrigue typique et fleurie, au passage une belle capitelle à admirer, le sentier est agréable, plein de poésie en cette saison proche de l’été, il nous ramène au château de Beaumefort (15ème siècle), qui tient son nom de la fortification de la grotte sur laquelle est construit le donjon, quelques ruelles nous séparent de nos voitures.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rocher de Carabasse – 1 juin 2021

Patrick Germa   4 participants  –  7 km  –  +380 m
Le ciel est gris, menaçant mais nous partons quand même à l’assaut de la Carabasse, par les Divols où nous trouvons porte close et le parking à comme un air d’abandon. Le petit sentier qui court jusqu’à la Montagne de la Serre n’est que fleurs impossible de les nommer tant la variété est grande. En regardant les nuages qui ne cessent de s’accumuler, nous évitons le Rocher et descendons le ravin de Cougnas à travers des vignes désherbées  mécaniquement. Après une halte dans une parcelle que l’on dirait plantée dans le lit d’une rivière et une réflexion sur le manque de Caminaire et sur l’utilité de continuer à passer du temps pour un résultat décevant, nous prenons la route et la bonne pluie tombe sur nous.

 

Courry – Chadouillet – cotepatierre – 28 mai 2021

Patrick Germa   10 participants  –  7 km  –  +80 m
Remise au calendrier cette sortie a fait l’unanimité, dommage de s’en passer, le cheminement à l’ombre les chênes blanc au milieu des blocs païolivesques et des aphyllanthes nous mène a notre première curiosité l’aven de la Cocalhère. Arrivés à Chadouillet nous prenons le lit de la Claysse jusqu’à la résurgence du Peyrol un toboggan de galets qui peut être dangereux, plus loin une autre résurgence Peyrejal qui se présente sous la forme d’une grotte pénétrable sur plusieurs mètres et enfin la Cotepatière au bout d’un canyon rafraichissant, très haute fente dans le rocher ou l’on aperçois en haut de quelques échelons de fer l’entrée d’un boyau qui mène à la Grotte de la Cocalière en passant à travers une portion de voute effondrée créant l’aven que nous allons retrouver sur le chemin du retour. 

 

 

 

 

 

Mas de L’Ayre – Ponteils et Bresis – 28 mai 2021

Jean-Pierre Damay   4 participants  –  14 km  –  +500 m
Balade sympa autour du Serre de Chapeyral. Après une montée de 1km au milieu d’une coupe de bois, descente des lèches en pente raide qui nous ramène sur la route reliant Les vans à Villefort. Nous sommes aux limites territoriales du Gard et de la Lozère. Descente du Serre de Montcougniol en pente douce et sous la protection de grands arbres. Arrivée au village de Ponteils et Bresis et son église du 12ème siècle. Remontée aux lieudits Le Feljas et Bassoul et les trois derniers kilomètres ont été fait sous la voûte ombragée des grands arbres et en particulier les châtaigniers atteints de cette particularité que l’on appelle la roulure, maladie des arbres, décollement des couches ligneuses dû au gel.
Note de l’animateur au président:
Nous n’étions que 4 et c’est bien dommage car cette randonnée était bien agréable et sans difficulté majeure.
 

Faugères – Le salindre – 21 mai 2021

Fabienne Fender   6 participants  –  5 km  –  +200 m
De l’église de Faugères nous partons sur la route de Brès jusqu’au pont sur le Salindre. Le chemin part en montée dans la forêt avec de beaux points de vue sur le ruisseau en contrebas, puis il repart en épingle à cheveux entre rochers, genêts et fougères pour nous conduire au hameau du Colombier. le sentier passe ensuite entre des murettes, des terrasses de châtaigniers, des versants de fougères. Au Puech nous retrouvons la route goudronnée qui nous ramène au point de départ, quelques belles maisons en pierres à admirer au passage. Le temps couvert nous faisait craindre la pluie, nous sommes ravis d’y avoir échappé. Petit arrêt au Bosc sur la route du retour, Simone a repéré une agave avec sa hampe prête à fleurir après 15 ans de gestation, mais il faudra attendre octobre.

 

Planzolles – autour de Pomeyrol – 18 mai 2021

Anne-Marie Chorrier   10 participants  –  6 km  –  +150 m
La météo est incertaine, nous passons au vote et le plaisir de découvrir le pays natal de notre guide l’emporte, un lieu qui a évité les gelées printanières et qui cultive la Lavande et autres Cistes avec bonheur. Sous la menace du ciel nous nous enfonçons dans la foret devant l’œil placide d’une future mère. D’ excellents sentiers de grès sableux bordés de murets comme seuls les ardéchois savent les faire nous accueillent à l’abri des Pins et des Châtaigniers qui nous abritent partiellement de la pluie qui s’est mise a tomber avec vaillance. La fin du parcours se fera à découvert sous de faibles averses avec quelques beaux panoramas et une curiosité viticole. Merci Anne-Marie pour cette belle rando.

 

Les gras de Perret – 14 mai 2021

René Pelin   5 participants  –  16 km  –  +250 m
Que se passe t-il pour que les sorties des caminaïres suscitent si peu d’engouement, il faisait beau, l’air un peu frais était parfait pour marcher, René proposait une très belle promenade presque à plat avec cet Aven du Reméjadou tellement angoissant, Le bois de la blachère, Bourbouillet puis les balcons de La baume avant ceux de Joyeuse

 

La forêt de  Beauzon – 7 mai 2021

Fabienne Fender   11 participants  –  5 km  –  +150 m
Nous laissons les voitures le long du sentier entre les vignes au lieu-dit « Beauzon » à la sortie de Lablachère direction Payzac.
Le sentier traverse la forêt de pins maritimes des Beauzons, une partie en montée plutôt ravinée, et nous arrivons au « Grand Bois »où il y a deux ans un sévère incendie a fait d’importants dégâts, puis nous contournons une belle étendue de vignes bien exposées avant de redescendre vers Lablachère par le chemin des muletiers emprunté autrefois pour traverser les Cévennes à Lablachère.
 

Sénéchas – Chambon – Dieusse – 7 mai 2021

Jean-Pierre Damay   8 participants  –  16 km  –  +670 m
Balade inédite de Jean-Pierre, une balade du vendredi dans les Cevennes gardoises schisteuses à souhait entre Sénéchas et Chamborigaud patrie de Jean-Pierre Chabrol
Grosse descente sous Sénéchas dans une ex-calade jusqu’à l’Homol et son beau pont de pierre après lequel nous suivons le valat du logier que nous quittons a un lavoir qui devait servir aux lavandières du hameau de Tarabias que nous atteignons après une bonne montée heureusement nos souliers on remplacé les sabots de bois. Une descente vers Le Chambon chef-lieu des hameaux traversés suivie d’un cheminement le long du Luech très jolie rivière que nous quittons au Martinet neuf pour une solide ascension, enfin Dieusse pour un casse croûte réparateur face au château de Portes.
Après une descente en douceur pour retrouver l’Homol remontée à Sénéchas et la boucle est bouclée.

 

La  boucle de l’abbé Velay – 27 avril 2021

Patrick Germa   4 participants  –  8 km  –  +180 m
Balade bien connue pour certains, toujours inédite pour d’autres tant le paysage est riche autour de la « bonne vielle » d’abord ce GR44B sculpté dans le calcaire, puis le petit sentier à deviner vers la fontaine aux oiseaux, sentier à rêver avec « la table suspendue », le petit tunnel, l’ éléphant et après un passage chaotique au paradis des sangliers nous voila enfin à l’ « Aven du curé » .  Après ce petit aller-retour le chemin quitte les gros blocs de calcaire pour le sous-bois de chêne vert qui nous mène dans le grès et les pins à une calade s’achevant en lisière de Banne sur un pont à l’insoupçonnable arche .

 

 

 

Le mas de l’oume – 9 avril 2021

Fabienne Fender   1 participant  –  6 km  –  +180 m
Petite balade agréable du vendredi en toute intimité.
 

Courry – Chadouillet – cotepatierre – 2 avril 2021

Patrick Germa   2 participants  –  7 km  –  +80 m
Petite balade agréable du vendredi en toute intimité.
 

Sampzon – L’Aiguille – 30 mars 2021

Patrick Germa   10 participants  –  8.4 km  –  +330 m
Balade du mardi : nous sommes à Sampzon, que nous connaissons bien, mais l’objectif du jour est une curiosité géologique inconnue de la plupart d’entre nous et pas facile à approcher, il faut grimper raide dans les bois par une sente présentant quelques dévers, avant d’atteindre une zone d’où l’on peut observer d’assez près la curiosité. Il s’agit d’une aiguille calcaire très effilée et haute de 50 mètres, spectaculairement détachée de la roche environnante, comme un doigt pointé vers le ciel qui chercherait à nous impressionner… Après une pause propice à la récupération, on on s’attaque à une nouvelle montée raide en plein soleil pour rejoindre le GR4. De cette jonction retour par un confortable sentier, avec une partie splendide en balcon sur l’Ardèche, et de jolies perspectives sur le rocher de Sampzon visible de loin avec ses antennes plantées en son sommet (381 m) puis descente vers le château de Sampzon (XIVe) après un dernier regard vers l’aiguille difficile à voir noyée dans son cirque.

 

Le bas de Banne et les Boutés 26 mars 2021

Fabienne Fender   4 participants  –  6.5 km  – 2h30 – +220
Du village nous descendons par Les Fourches, traversons la départementale et rejoignons les Lèbres où nous traversons encore une fois la route et poursuivons le long des vignes et dans les champs, avec toujours la vue sur le fort et le clocher de Banne, un peu dans la grisaille aujourd’hui. Nous remontons au village par le chemin du badassier. Il bruine mais nous décidons de faire quand même la deuxième partie de la randonnée. Nous continuons donc sur la route de Pigère avant de pénétrer dans le bois, le sentier des Boutés est plein de charme et de recoins, les rochers sont inspirants, il manque le rayon de soleil mais nous avons l’odeur du sous-bois fraîchement mouillé pour nous accompagner sur la boucle du retour.

 

Boucle du bois de chabanet – 23 mars 2021

Patrick Germa  9 participants  – 10.4 km  –  +137 m
Randonnée modifiée au dernier moment car beaucoup plus sympa de même valeur et dans le même secteur. pour démarrer, les mêmes cailloux et tumulus qui sont le résultat de la mise en culture de parcelles pour la vigne et les muriers, nous eûmes la confirmation en passant près d’une belle ruine (pas très vieille) de ce qui fut (supposition) le chai d’une exploitation viticole victime d’une tentative de bétonnage ratée. Plus  loin le belvédère des Dolmens de Fongraze  dont les panneaux explicatifs ont disparus, mais nous pûmes voir pas un, pas deux mais trois dolmens. La suite du chemin nous amène à travers un très beau Chandolas.

 

Bordezac – Le dolmen des Chams – 19 mars 2021

Fabienne Fender   10 participants  –  5.6 km  – 2h20 – +230
Bordezac, charmant village rural des Cévennes, offre de nombreux sentiers pédestres vers de magnifiques endroits aux vues étendues. Après une traversée dans les ruelles étroites et caladées du vieux bourg, nous partons dans les bois, vers le Dolmen des Chams où nous avons la vue sur la vallée de Bessèges, une boucle nous permet ensuite de découvrir un point de vue sur le barrage de Sénéchas, de jolis hameaux anciens en contrebas de la piste et le retour se fait par les sentiers de « Chabot » et « Le Genêt » bordés de callunes exubérantes.

 

Un tour à Païolive – 16 mars 2021

Patrick Germa  11 participants  – 9.4 km  –  +210 m
Départ en direction du dolmen de La lauze puis la longue plaine par le dolmen des Rases vers Chante-perdrix que nous traversons en direction du cœur du bois de Païolive et en particulier le sentier de la vierge. Les arbres nus laissent passer le regard et la vue est impressionnante. Nous empruntons en dehors des circuits les sentiers délaissés,sauvages et fort beaux heureusement ignorés par la foule estivale. Les passages difficiles ne permettant pas une forte moyenne nous arrivons juste avant l’ heure du confinement.

 

Saint Paul – Cotepatière – Chadouillet – 12 mars 2021

Jean-Pierre Damay  x6 participants  –  19.2 km  –  +418 m
Depuis Saint Paul jusqu’à la Grotte de Cotepatière nous ne choisissons pas la facilité Frigolet, Grand chêne, et Courry. Enfin du plat nous en oublierons l’aven de cocalière pour l’accès de la Grotte de Cotepatière, arrêt au pied de l’échelle de géant nous ne verrons pas les quelques draperies et passages de rochers, ni le fond de l’aven qui marque le début du réseau inférieur de la Grotte de la Cocalière. Retour par Chadouillet et les gras de Saint Paul le jeune.

 

Saint Brès – Courry – Les 3 pierres – 12 mars 2021

Fabienne Fender   10 participants  –  6.5 km  – 2h20
Nous partons du Reboulet à Saint-Brès en direction de Courry sur un sentier dans la garrigue jusqu’à la confluence de la Jouanenche où les jonquilles naines et les muscaris annoncent le printemps proche. De là nous remontons dans la forêt de châtaigniers, passage au carrefour des « Trois Pierres » et retour sur une large piste continuellement en descente.

 

 

Pléoux – Les grandes Terres – 9 mars 2021

Patrick Germa   15 participants  –  9.7 km  –  +225 m
Sortie par beau temps dans l’extrême sud de Païolive avec du rocher et des chênes roux, la première orchis de mars ou géant accompagnée de Muscaris et d’un grand nombre d’ Hellébores fétides  accompagnées des immanquables Euphorbes. Bien sur quelques dolmens hantent le secteur qui passe de sauvage à cultivé avec de magnifiques oliviers. Encore une très belle journée de retrouvailles dans le respect ……

 

Le houille-parc des Bartres – 5 mars 2021

Jean-Pierre Damay  14 participants  –  18.2 km  –  +512 m
Marche de reprise pré-printanière dans le respect des etc…. Quel bien ça fait de se revoir même si c’est un peu dur mais il faut s’y remettre c’est une question de survie physique et morale. Pour un redémarrage c’est un parc de loisir type montagnes russes qui nous est offert (amateurs de plat s’abstenir), un peu en file indienne un peu par petits groupes en fonction de nos ressources musculaires nous avons passés une excellente journée. Nous avons bien sur évoqué la situation de notre association, le départ des uns, le confinement de notre caminaire du Pas de Calais (courage à vous !) et ce que nous devons envisager pour l’avenir.

 

 

Le dolmen de Bourbouillet – 27 octobre 2020

René Pelin  13 participants  –  11.7 km  –  +300 m
Lieu-dit « La Tourneuse » sur les « Gras de Perret » et sise « route des grads » sera notre départ, le sentier se faufile entre les blocs tantôt de calcaire nu, tantôt de calcaire enrobé d’une mousse épaisse, les arbustes s’habillent aussi comme pour se préparer à un rude hiver. La trace « visorando » indique un chemin qui n’existe pas, donc nous décidons d’improviser avec l’aide de nos instruments jusqu’au magnifique dolmen de Bourbouillet qui plait beaucoup à Frédéric. Le retour s’effectuera en empruntant en pointillé des parties de l’ itinéraire de l’aller. Dans ce paysage l’ impression de déjà vu est omniprésente bien que rien ne se ressemble c’est une interrogation permanente, sommes nous passés là a l’aller?  va savoir !

 

St Jean de Valériscle – St Florent via le Fautel – 16 octobre 2020

Jean-Pierre Damay  10 participants  –  15 km  –  +450 m
Au départ de Saint Jean, petite montée de 3 kilomètres dans un chemin non balisé et caillouteux. Il fallait cela pour se réchauffer d’ailleurs aux deux-tiers nous avons fait une première halte pour enlever quelques vêtements. Si le soleil nous a fait des clins d’œil toute la journée, nous n’avons pas vraiment eu froid. C’était un temps idéal pour une sortie. Nous avons admiré les couleurs de l’automne qui commencent à modifier le paysage, goûté les arbouses presque mures et les fruits de la passion au village de Saint Florent inconnu de pas mal d’entre nous. Pause déjeuner à Saint Jean sur le parcours de l’ancienne voie ferrée, retour par la forêt de Rouvergue. Comme à son habitude, Agnès collecte quelques plantes et Daniel nous abreuve de ses connaissances sur la région. Belle sortie en sympathique compagnie
.
 

Sanilhac – Fayet – 16 octobre 2020

Fabienne Fender   8 participants  –  5 km  –  +150 m
Petite randonnée automnale et ensoleillée aux environs de Sanilhac.
Nous partons en direction du hameau de Le Marinier entouré de magnifiques châtaigniers et nous poursuivons par le chemin devant l’ancienne fontaine. Nous sommes en pleine nature, très peu d’habitations, la campagne verdoyante, de belles forêts, de beaux murs en pierre, de belles calades, nous traversons le Blajoux par un vieux pont et prenons vers l’aval jusqu’au bas du village du Fayet où nous nous attardons pour la visite, un vrai village de charme.

 

 

 

 

Méandre de la cèze – 13 octobre 2020

Chantal & Jean-Marie Billard   14 participants  –  12 km  –  +350 m
Départ du cimetière, par le boulevard du nord, le faubourg du Paradis puis le chemin de la croix du Christ pour atteindre le Serre de Gajac, nous bifurquons sur Malmontade ce valat se trouve à un carrefour entre l’acide et le basique, Cévennes schisteuses et plaines calcaire y ont façonné les paysages. Nous prenons ensuite la direction de Montredon, Saint-Brès les remparts de Dieusse où les vallées profondes au nord avec leurs châtaigneraies et leur sol drainant  laissent place en aval aux argiles et sols pierreux. La Cèze sinue entre ces milieux naturels dont elle a enrichi la terre des rives. Nous effectuons notre retour à Saint-Ambroix par le pont de la gare, contournons le Temple pour rejoindre cette curiosité qu’est la Bambouseraie du bord de Cèze. Une randonnée sympathique bien appréciée
 

Montselgues – Pradon – 9 octobre 2020

Annick Chanoit   9 participants17 km – +800 m

 

 

 

 

Lablachère – Pont Mégalithique – 9 octobre 2020

Patrick Germa   12 participants7 km – +150 m
« La Blachère » c’est ainsi que se nommait ce village autrefois, car il était entouré de forêts de « Blache » (Chêne blanc) cela à bien changé, nous nous engageons sur d’ingrats gras pour une courte portion péri-urbaine. La traversé du bourg nous renseigne sur insoupçonnés commerces et sur un magnifique point de vue depuis le parvis de l’église. l’itinéraire se poursuit d’ hameaux en mas, de ruisseaux secs en jardins aboyants jusqu’au but de notre balade le pont construit selon le principe des dolmens ce qui pourrait  permettre de le dater. Aujourd’hui ce vestige aurai du mal à justifier sa présence car pas une goutte d’eau dessous ni dans le Gour en aval. 

 

Barjac – Dolmens et baumes – 29 septembre 2020

Patrick Germa   19 participants9.6 km – +250 m
Quel plaisir de retrouver du monde, ce n’est pas la foule mais ça s’en approche, cerise sur le gâteau avec de nouveaux caminaires. La compagnie chemine en faisant connaissance jusqu’à la « Baume de Ronze » résultat de l’effondrement d’une rivière souterraine et occupé dans sa forme quasi-actuelle de -15000 à – 2500 . La surprise fut générale le lieu étant inconnu de tous, ce moment d’émotion passé nous reprenons les sentiers au milieu des chênes verts et autres arbousiers pour retrouver les nécropoles dont l’ endroit est riche. Une rando à la journée est souhaitée afin de découvrir d’autres lieux du secteur et pourquoi pas un mardi ?.

 

Courry – Reboul – Les 3 pierres – 25 septembre 2020

Patrick Germa   4 participants6.6 km – +150 m
De Courry vers Reboul l’ascension par la route en zigzag avec autour de nous les sous bois qui semblent propices à la chute des châtaignes venant se planter dans les grasses têtes des cèpes d’ automne. Après le passage sous voutes du beau et poétique hameau de Reboul nous prenons les sentiers de castaneïculteurs que nous ne quitterons plus. Absorbés par la vision massive des vieux châtaigniers et le vert insolent des jeunes, nous avons failli manquer ces petits points oranges qui accompagnés de quelques petits œufs régaleront l’une d’entre nous.

 

 

Laurac en Vivarais – Le Toufache – 18 septembre 2020

Fabienne Fender   10 participants6.5 km – +150 m – 2h30
Départ en plein centre de Laurac, du lieu-dit la »piscine » qui fut aménagé pour la baignade sur le Toufache. Nous poursuivons le long du ruisseau jusqu’au « chapeau du gendarme », agréable endroit pour un pique-nique, avec ses tables décorées de mosaïques et une sculpture de Marion représentant plusieurs têtes et un serpent.
La randonnée se poursuit sur un chemin forestier sous les pins, belle lumière sur le sous-bois de fougères et bruyères, puis le long des vignes, nous traversons la route de Sanilhac, pour un retour, encore en partie dans les vignes et dans le bois.
En arrivant au village, une magnifique calade nous ramène au Toufache que nous longeons en sens inverse jusqu’à notre point de départ.
 

Les Assions – Péjural – Le Vignal – 18 septembre 2020

Annick Chanoit   6 participants15 km – +550 m – 4h30
Nous partons des Assions à l’assaut de Sainte Appolonie sous un soleil de plomb. Descente  vers Le Bosc, Péjural, Palastrage, Bernardy, remontée par Les Bans, La côte de Champmajour, Le Vignal, jusqu’à Paganis puis longue et douce descente vers Les Salles et enfin Les Assions, châtaigniers, oliviers, vignes, pins maritimes, Jardins fleuris dans les superbes hameaux de pierre, grès, calcaire nous verrons tout ce qui fait cette Ardèche du nord de Chambonas,

 

Villefort – Le tour du lac – 15 septembre 2020

Joëlle Delannoy   11 participants7.5 km – +205 m – 3h30
C’est par le sentier qui part à droite après le pont et qui passe au-dessus du lac en direction d’Altier que nous attaquons notre périple, la fraicheur du lac et l’ombre des châtaigniers rendent la rando agréable malgré un temps très chaud. Quelques montées rendues pénibles par les pierres nous ralentissent et nous arrivons en plein soleil sur le barrage inauguré en 1964, qui fit disparaitre le village de Bayard sous les eaux causant l’expropriation d’une trentaine d’habitants. Quelques passages un peu difficiles pour certains, mais globalement un parcours facile. Un beau moment partagé dans la plus grande simplicité et convivialité.
Remerciement à Joëlle qui a mené cette randonnée.

 

Montréal – Le sentier des tours – 11 septembre 2020

Patrick Germa  7 participants7 km – +250 m – 3h00
Du centre du village une large boucle nous mène à travers la pinède par un peu de route, mais beaucoup de sentiers bordés de murs en pierre de belle facture derrière lesquels se cachent de belles demeures. D’autres passages plus sauvages parsemés de mauve par les bruyères  et d’orange par les « bolets des pins » nombreux malgré le manque d’eau évident. Les derniers hectomètres contrastent avec une descente dans un sombre et frais vallon puis une remontée par paliers sous le château dans la partie ancienne du beau village de Montréal.

 

Boucle du souvenir Jeanne Chaurand – 8 septembre 2020

Patrick Germa
Nous n’avions pas accompagné Jeanne à sa dernière demeure pour cause de confinement, Mais nous n’avions pas oublié cette balade quelle aimait faire avec ses amies de Banne et nous l’avons faite pour nous souvenir que c’est Elle qui nous fait marcher au sein des Caminaïres encore aujourd’hui 26 ans plus tard, et pour marquer notre attachement nous avons déposé une plaque sur sa tombe en présence de son fils et de ses amis. Encore merci Jeannette !

 

 

 

 

 

Grande boucle de Vinezac – 4 septembre 2020

Sylvia Eclercy  – 4 participantes14 km – +400 m – 4h00
Départ ce matin de Vinezac, très beau village médiéval, avec son église romane Notre Dame de l’Annonciation et d’une ancienne demeure transformée en hôtel restaurant. Tout au long de cette grande boucle, nous découvrons de très belles maisons en pierres « ocre orangé ». Nous traversons des champs d’oliviers et surtout de vignes desquelles on tire le très bon vin d’ Ardèche.

 

SAISON 2020 – 2021

 

Le Batistou – 30 juin 2020

Daniel Doladille  Jean Guy Dubar
Pour cette page je laisse le mot de la fin à Daniel :
Ce mardi 30 juin, 31 caminaîres se retrouvaient à Gravières pour une dernière randonnée de la saison, saison particulièrement difficile que l’on aimerait oublier !  Deux balades étaient proposées : la virade du Batistou et un grand tour de Gravières, du Chassezac au pied du Serre de Barre. La chaleur et les cigales étaient au rendez-vous, comme pour nous donner des envies de vacances ! La marche s’arrêtait dans une clairière agréable à La Bernarde chez Noëlle pour un sympathique pique-nique !  Bon été à tous !

 

 

La roques sur cèze – Le Sautadou – 23 juin 2020

Michel Tessier – 10+10 Participants – 5km – +150m – 3h00
La sortie, première depuis longtemps que ça fait du bien de retrouver les marcheurs peut importe le lieu mais pour le coup Michel nous a gâté, une belle reprise. Prudence respect plaisir et bonne humeur le sel de la vie.

 

Chandolas – Boucle Ranc d’Avène – 13 mars 2020

Fabienne Fender – 15 Participants – 5km – +150m – 2h00
Le circuit du jour est la variante courte du sentier des dolmens. Nous partons en sens inverse de l’itinéraire proposé habituellement et rejoignons donc la rive du Chassezac que nous longeons dans un environnement printanier. Nous remontons ensuite au hameau La Roche et descendons dans le ruisseau sous le Ranc d’Avène. Celui-ci peut se mettre en eau lors de fortes pluies, il reste d’ailleurs un peu d’eau aujourd’hui mais nous passons les gués sans problèmes et montons au dolmen de La Roche. Ruiné, il ne reste qu’une seule dalle fracturée, mais plusieurs tombes ont été retrouvées dans les tumulus. Nous revenons à Chandolas à travers la garrigue et d’anciennes terrasses de culture abandonnées, avec une dernière pause à la Fontaine de Pelouse.

 

Maison Neuve – La garrigue au nord du Chassezac – 13 mars 2020

René Pelin – 11 participants – 16 km  – +300 m  – 5h30
Le long balcon en surplomb du Chassezac en face de Chaulet entrecoupé de passages rendus délicats par la pluie nocturne, est un enchantement. La vue de la plage à qui l’on refait une toilette de sortie d’hiver en attendant l’invasion estivale, mais aura-t-elle lieu ?. Les végétaux à fleurs blanches poiriers sauvages, aubépines, pruneliers sont en beauté. Le Totem est toujours en place ! tout comme les kerns ces marques de passage sont rarement détruites. Descente dans la vallée alluvionnaire cultivée et habitée dominée par le une grosse molaire »ranc rouge ». Puis cheminement dans la garrigue autour des gras de Coudon avec ses chemins creux et ses chaos calcaires, à noter un poulailler « aux martins » avec de magnifiques pensionnaires. Après un casse-croûte au dessert toujours apprécié nous rentrons par la « fontaine pelouse » un peu avant le passage de Fabienne et de son groupe.

 

Lagorce – Le Gour de la Sompe – 10 mars 2020

Patrick Germa – 24 participants – 9 km  – +260 m  – 3h30
Le début du chemin est toujours très humide, mais c’est après une bosse « Le devès de la Chadenède » que La Sompe nous piège pour une traversée sur une chaussée glissante la présence de ce débit jamais rencontré, nous fait penser que son Gour sera spectaculaire. Plus tard nous empruntons « Le Chemin Royal » seule route au moyen âge entre Vallon et Villeneuve de Berg d’où nous bénéficierons d’ un beau panorama sur l’Ibie et son arche aperçue au loin,  un groupe de flâneurs hésitera dans le ludique Pertus de Fabia avant d’entamer montées et descentes sur des sentiers caillouteux assez fatigants pour aboutir enfin a cette merveilleuse double cascade qu’est le Gour de la Sompe.

 

 

ABC de St Paul – Biodiversité des mares – 7 mars 2020

Patrick Germa – 20 participants – 1 caminaïre
Sous la conduite d’ Edith Guinchard nous remontons le cours de la Claysse jusqu’au superbe platane du lavoir des Sagnes. Là nous nous posons pour prospecter les courants et les eaux mortes, nous avons échangé et la conversation alimentée par des personnes d’un haut niveau de connaissance fut encore une fois d’un très grand intérêt.

 

 

 

Dernière minute: Didier Morin a précisé
Le concombre d’eau douce est bien une larve de Tipule, ces grands Diptères inoffensifs dont les larves vivent dans les matières végétales en décomposition, dans le sol humide, sous les mousses et dans les eaux vives ou stagnantes. 200 espèces en France.
 

Gournier – Abeau – Sabuscles – 3 mars 2020

Véronique Roux – 20 participants – 8 km  – +251 m  – 3h00
Destination prisée, nous nous retrouvons sur la commune de Malbosc au camping de Gournier pour la classique boucle  Abeau – Sabuscles, la météo hésite, nous pas. Dans la plaine d’Abeau à l’approche de la ferme d’imposantes ruines de bâtiments miniers au pieds de la forêt de pin de Salzmann anciens lieu de traitement de l’antimoine extrait au Combres et dans le bois d’Abeau . Quant a la ferme nous constatons la naissance d’une exploitation maraîchère en permaculture. Après le très beau pont et ses multiples ouvrages en pierre sèche, montée en calade au non moins beau hameau de Sabuscles réputé pour son fromage de chèvres. A partir de là descente dans les pins, enfin ceux qui n’ont pas brulé.  Véronique aime son « païs » et elle a bien raison.

 

Murjas – Le Sentier du Facteur – 28 février 2020

Daniel Doladille – 13 participants – 12 km  – +520 m  – 6h00
Il faisait beau sur le sentier du facteur, température douce, belle luminosité ! On dira aussi une bonne ambiance donnant envie de flâner, un peu comme un soir d’été ! Le sentier du facteur est peut-être le plus représentatif d’un paysage cévenol : calades, acols sur les fortes pentes, hameaux de schiste, ruisselets, ruisseau, châtaigniers rabougris, chênes verts, pins maritimes…senteurs de garrigue… Mais c’est aussi le résultat admirable du paysan bâtisseur qui au fil des siècles a su retenir la terre derrière les murets pour cultiver et pour survivre. J’entends encore Jean Ferrat :

 

 

Malbosc – Reco du 1er mai – 26 février 2020

Daniel Doladille  – 15 Participants –
Une sortie ayant pour but de repérer les balades de la fête de la randonnée avec la participation d’animateurs du club de Marche des Vans et des Camïnaires. La qualité et la modulation en fonction des situations et des participants ont été validés après d’ âpres discutions lors d’une chaleureuse réunion sous le préau de l’école de Malbosc. Conclusion : Tous à la fête de la randonnée le premier mai 2020.

 

Thines – Boucle de la Blacherette – 25 février 2020

Thomas Moro – 15 Participants – 7km – +150m – 3h00
Une sortie dans un paysage que l’on crois avoir déjà vu mais qui nous surprend à chaque fois par sa beauté et sa dimension. La végétation, les ruisseaux remodèlent le paysage et sans cesse c’est une découverte enfin Thines l’incontournable joyau de ce coin d’Ardèche, tout ici est fait pour préserver le calme et la sérénité. Le dédale des ruelles, les toits de lauze caractéristiques et son église Romane du XIIème siècle en font l’un des villages les plus typiques du secteur, toujours porteur d’émotion. Le lieu, la méteo et la bonne humeur ont fait de cette journée une belle réussite saluons Thomas et Leo.

 

Saint Alban Auriolles – 21 février 2020

Fabienne Fender – 17 Participants – 4.5km – +100m – 2h00
Nous partons sur le sentier de la résurgence et traversons un quartier de maisons typiques construites à même le rocher, où nous découvrons un magnifique magnolia en fleurs, belle surprise. Il est vrai que le temps est printanier. Nous prenons ensuite la direction du château que nous contournons pour emprunter le sentier des dolmens sur le versant des Gras, avant de redescendre jusqu’à la route principale. Nous la traversons et continuons jusqu’au Chassezac. La suite se fait en plaine, d’abord le long d’un bois broussailleux et d’un fossé marécageux où une faune variée doit trouver refuge, puis entre vignes et champs de pêchers (sur le point de fleurir) nous rejoignons le  village.

 

Balazuc-La hâle-Pauparel-Vieil Audon-21 février 2020

René Pelin & Jeanine – 11  –  18 km  –  +450 m  – 7h30
Une journée de février qui se prend pour le printemps se fait rappeler à l’ordre par le vent du nord. Nous y allons courageusement et nous sommes récompensés par l’invitation à la vue extraordinaire et autorisée depuis la Tour de Toussaint ou de la reine JE, une merveille. Suit une traversée des gras pour l’autre versant et le bord du ruisseau de gournier, après les squelettes des cades incendiés nous consentons au pique nique sous la férule de René. La suite nous fait traverser Chauzon, un magnifique panorama sur l’ardêche et le vieil Audon, nous validons la balade. cochon qui s’en dédit.

 

La Bégude-Château d’Allègre-Défilé d’Argensol-18 février 2020

Chantal & Jean-Marie Billard – 28 participants et 1 bouc  –  9 km  –  +250 m  – 3h30
Départ de La Bégude sous un soleil éclatant, pour une boucle dans le sens horaire, nous empruntons une montée en sous bois raide et fort caillouteuse  jusqu’au Mas d’Allègre… Nous prenons un sentier caladé pour rejoindre le château, après la visite nous suivons le sentier Saint Saturnin pour la visite de la chapelle où nous attendait le seigneur Léo maintenant Bouc de son état qui s’étant pris d’amitié pour le groupe nous a suivi d’ escarpements pierreux en crêtes vertigineuses jusqu’ au bas du vallon « Le fond d’ Hasard » .  Nous suivons le défilé d’Argensol  pour franchir ce dernier sur un pont bétonné, puis le chemin longe la rivière pour rejoindre La Bégude. Une belle balade, une belle après-midi sportive et culturelle merci Chantal & Jean-Marie.

 

Balade en forêt – 15 février 2020

Patrick Germa – 30 Participants
Participation des caminaires à l’atlas de la biodiversité, cette sortie nous a permis d’enrichir nos connaissance avec des experts de la communauté de commune, de la frapna, du parc national des cevennes et des scientifiques spécialistes en biodiversité. Une première halte pour parler de la forêt ancienne et du peuple de toute les tailles qui l’habite. La suite laborieuse nous a permis de planter une quarantaine de pin de Salzmann sous la direction d’Anaïs autour de chez Eric qui a préparé le terrain. Le retour par la cascade et la grotte qui tout comme le lavoir des Sagnes ont eu un gros succès.

 

Saint Paul le Jeune-Le Doulovy-Les mines-14 février 2020

Fabienne Fender – 27 Participants – 5.5km – +150m – 2h30
La randonnée sous un franc soleil emprunte le viaduc du Doulovy et comme souvent c’est une découverte pour une partie des participants, quand au sentier d’interprétation de l’espace minier c’est pour tous une surprise. A travers l’espace minier de Banne, de nombreux vestiges et un fascicule sur l’histoire du Bois commun nous informent sur l’époque où les mines étaient en exploitation, sur les conditions de travail et de vie des mineurs. Parcours varié dans les pins avec une ambiance quasi printanière.

 

Rosières – Labeaume – 14 février 2020

Patrick Germa – 12 Participants – 17km – +320m – 6h00
Une boucle inédite pour cette Saint Valentin, parité parfaite, belle ambiance soleil complice pour des morceaux de rando mis bout à bout. D’abord des ponceaux pour franchir La beaume, puis le ruban noir nous mêne au garel où les plus minces attaquent les gras, longue progression dans la forêt, déambulation au milieu de résidences heureuses, Mr Mas sculpte des nuages au milieu d’énormes cactus, chez Robert nous plongeons sur Labeaume pour le pique-nique. La suite fut la classique remontée sur le Trible, enchainons sur la maison Unal puis la route et la rencontre de deux rousses qui n’ont pas laissé les hommes indifférents.

 

Labeaume – Autour du Sauvage – 11 février 2020

René PELIN – 31 participants  –  9 km  –  +140 m  – 4h00
Surprenant parcours par sa beauté qui fait le tour du lieu dit « Le Sauvage », en partant de la nécropole mégalithique du Ranc de Figère et en longeant la ferme de l’Abeille qui étant éloigné du village de Labeaume, vivait en semi autarcie produisant fruits et légumes, puis élevant moutons, chèvres et autre animaux de la ferme. Sur le domaine de l’Abeille, se trouvent de nombreuses granges disséminées, beaucoup de petits jardins fort bien emménagés, ainsi que des citernes et points d’eau. Tout le long nous évoluons au milieu d’ un relief karstique dans toute sa splendeur : larges dalles calcaires, rochers sculptés par l’érosion, profondes dépressions. Les sentiers perdus dans la nature alternent avec de larges chemins passant près de superbes maisons isolées.

 

Saint Privat – Autour du Luol – 7 février 2020

Sylvia Eclercy – 13 Participants – 14km – +327m – 4h30
Nous partons du « marché aux cerises » historiquement lié à l’agriculture et à la magnanerie, en sont témoins les canaux d’irrigation et les moulinages. nous traversons Chiet, Chomeil des hameaux sur un autre « Chemin du facteur » la cote du Luol et enfin Saint Julien du Serre et son étonnante église du XII° siècle remarquable par son porche monumental et ses chapiteaux sculptés qui en font un des plus beau édifice roman d’Ardèche. La halte de midi se passera ici. Le retour va s’effectuer sur « Le chemin des lépreux » et « L’ Avenue de la Soie » puis nous suivons un canal et l’Ardèche dont Le Luol est un affluent. Une sortie avec absence totale de mélancolie.

 

Vernon – Les tétines et la cascade – 7 février 2020

Patrick Germa – 20 Participants – 5km – +180m – 3h00
Une boucle bien connue, raccourcie pour permettre aux randonneurs du vendredi après-midi de profiter de ces lieux protégés par le classement  » Géoparc « . Au départ de calades en calades escaliers nous contournons le château dominant le plateau de Vernon avant de nous enfoncer dans la forêt de pins élancés dont les coupes rases montrent qu’ils sont exploités. De très belles faysses, ou flauts percés de sources et marqués de très beaux Mas presque des châteaux. Plus loin et après quelques hésitations, nous décidons de prendre prudemment la descente à la cascade de Baumicou en eau et en beauté, ensuite un cheminement plus ou moins plat au milieu des tétines jusqu’au panorama sur « La Beaume » et nous nous quittons en souhaitant la bienvenue à deux nouveaux caminaïres.

 

Banne – Le Mazel – Mongros – 4 février 2020

Marie-Noëlle Cardinal – 25 Participants – 6km – +200m – 2h30
Journée conviviale, crêpes et autres gourmandises mais pour mériter le réconfort il faudra faire l’effort de suivre Marie-Noëlle sur le sentier du Mazel. Avec de beaux trous de lumières animés par un fort vent et quelques anecdotes nous nous hissons au hameau qui se laisse admirer. Un sentier à l’abri du vent nous permet de rejoindre Mongros ses tétines avec le fauteuil du roi et son belvédère d’où le viaduc est difficilement visible à cause de la poussée des pins. La descente s’effectue par la voie Gauloise puis Romaine qui après 2000 ans de service a succombé à la modernité, nous sommes obligés d’admettre le mauvais état de toute de cette Calade. Une balade classique et une belle découverte pour beaucoup, merci à Marie-Noëlle et Jean-Jacques.

 

 

Le réconfort avec comme d’habitude le talent dévoilé de nos amis caminaïres gourmets et gourmands, c’est un bon moment de détente merci a tous.

 

 

 

 

 

Sentier des Divols – 31 janvier 2020

Daniel Doladille – 27 participants – 5,5 km  – +130 m  – 2h30
Ce vendredi, les caminaires découvraient deux des plus beaux dolmens de la basse Ardèche !!! On exagère peut être en disant cela, mais étant donné l’état de conservation des monuments et leur dimension on reste bouche bée ! On les trouve sur le site du Ranc levé, à droite du sentier reliant les Divols à Saint André de Cruzières, au lieu-dit Les Chaumettes. Pour rappel, un dolmen est une tombe mégalithique préhistorique constituée d’une dalle de couverture posée sur des pierres verticales qui lui servent de pieds. Le tout était originellement recouvert, maintenu et protégé par un amas de pierres nommé tumulus. La balade traverse une belle forêt de chênes poussant dans le chaos de blocs calcaires rappelant Païolive. Puis on s’attarde dans les ruelles du hameau des Divols aux magnifiques demeures.

 

 

Rivières – Cros de Peyrolles – Potelieres  –  31 janvier 2020

Annick Chanoit – 11 participants – 18 km  – +300 m  – 6h00
Début de rando sur un air de « revoici le temps des capitelles », nous faisons route sur les chemins mi-pompiers, mi-chasseurs, avec en point de vue le château d’Allègres, visite de monuments dans les villages, nous avons croisé « L’homme qui murmure à l’oreille des chevaux », même les chiens s’y mettent nous déclenchons la rage d’une meute incroyablement bruyante voire insupportable, heureusement des voleuses de chaise nous entrainent au vert pour un pique-nique confortable. Ce moment nous à permis de prendre des nouvelles du Dalaïlama ami de notre étonnant et très sympathique hôte, pendant la dégustation d’un excellent thé indien, nous avons avec lui déclaré ouverte l’année de l’Arbouse. Nous avons eu du mal à quitter le lieu, retour tout au long de la Cèze jusqu’à Rivière. Encore une formidable idée d’ Annick et une superbe rencontre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Gras de Perret  – 28 janvier 2020

René PELIN – 27 participants  –  11.5 km  –  +190 m  – 4h00
Reprise des sorties enfin il ne pleut plus, cela se passe sur les gras en face Joyeuse dans des sentiers encore glissants à travers le calcaire et les chaos. A cette saison se détache le squelette fantomatique des chênes blancs que les lichens soulignent, nous croisons un lieu bizarre habité certes mais pas accueillant du tout, puis un aven qui servit longtemps de poubelle à tout une ville, actuellement dégagé et nettoyé par des bénévoles de l’association Païolive, et aussi des mousses, fougères et faux-houx tachant de rouge ce milieu vert-de-gris. Bravo René pour ta première en trio avec Jeanine et garmin.

 

Les Avelas – Champels par la voie douce -14 janvier 2020

Chantal & Jean-Marie Billard – 22 participants  –  8 km  –  +190 m  – 3h00
Nous commençons notre marche sur les traces d’une vieille dame nommée Micheline (voie douce), après le tunnel et une vue sur la ferme solaire des Avelas, nous tournons direction Champels pour après une bonne grimpette redescendre sur « La source de l’Aygue esclate » où il serai difficile de se désaltérer car pas la moindre goutte d’eau. Nous remontons ensuite sur un sentier pierreux en direction de Chadouillet, près de l’aven de Chalvet, nous entamons le retour vers Saint-Paul mais nous quittons rapidement le sentier balisé pour en prendre un étroit en dévers (un peu rude mais la vue est belle). Nous traversons une petite oliveraie (appelée ici olivette) où de très vieux arbres nous racontent leur histoire, descente  jusqu’au centre ville où nous nous séparons. Merci Jean-Marie d’avoir assuré malgré la douleur.

 

La vallée de l’Eure – 10 janvier 2020

Annick Chanoit – 14 participants – 15 km  – +300 m  – 5h00
Une nouvelle randonnée qui part de ce beau vallon tout comme l’Eure qui via le Pont du Gard et de multiples ouvrages permis aux romains de se rafraichir à Nîmes. Un sentier nous amène sur les hauteurs de la rive gauche à un belvédère bien aidé aujourd’hui par la table d’orientation. La suite dans un fabuleux village de jardins ouvriers des siècles passés et de leurs garçonnières entraine le groupe vers le soleil de midi ou notre animatrice nous lira un très beau texte de « racine » sur un voyage à Uzès « beau moment » de notre sortie, Le haut de la garrigue est occupé par une civilisation secrète, magnifiques demeures, pavillons et endroits appropriés, tous protégés de la vue des passants. Descente vers Uzès sur de belles dalles, petits sentiers taillés dans le calcaire puis monuments, place aux herbes et deuxième « bon moment » au salon de thé, la descente vers nos véhicules comme sur un petit nuage (certains sont très troublés) avec le souvenir d’une belle journée.

 

Courry autour du bourg – 10 janvier 2020

Fabienne Fender 18 Participants – 5km – +150m – 2h
Le soleil nous accompagne pour cette randonnée de proximité, nous laissons les voitures à l’entrée de Courry, direction le hameau des Thomazes, un plaisant passage dans la forêt de châtaigniers et nous voici à Pierre Morte. Nous empruntons un sentier dans la garrigue sous la chapelle San Sebastian avec de belles vues sur le village, et finissons sur une partie en descente un peu ravinée, où nous retrouvons le sentier qui monte à la chapelle, retour aux voitures par la route.

 

 

Banne – Le Mont long – 7 janvier 2020

Marie-Noëlle Cardinal – 28 Participants – 7km – +200m – 2h45
On se situe dans les environs de Banne pour une sortie désormais « classique » à cette période de l’année nous prenons la route de dessous le château pour nous diriger après avoir traversé la départementale sur un sentier au bon dénivelé qui va nous amener vers le Mont long. Jolie vue sur le Serre de Barre, le village de Banne et ses hameaux. Tout au long du parcours de belles oliveraies s’égrènent devant nous, puis redescendons vers le Poujol puis la Matte, le chemin de l’église pour finir notre marche devant la salle des fêtes où nous attendent galettes et brioches préparées par les GO (gentils organisateurs).     

                                                                                         

Un petit creux qui va être vite comblé… puisque la petite troupe retrouve dans l’agréable salle des fêtes de Banne d’autres caminaïres pour la traditionnelle galette des rois. Et parmi la cinquantaine de participants, quelques-unes et quelques-uns sont désignés reines et rois, mais pour cette fin de journée seulement ! Que les organisateurs soient remerciés pour la réussite de cette sympathique et incontournable manifestation. 

 

 

 

 

 

Le Grand Serre – 3 janvier 2020

Patrick Germa – 8 participants – 18 km  – +470 m – 7h00
La grande rando du jour est à Méjannes le Clap et va nous étonner, après un cheminement par des sentiers variés et très éclaircis par l’absence quasi totale de buis première halte à « la dent du Serret » balcon sur la cèze et sur la plage où nous descendons manger. Le fond de la combe de la verrière ainsi que la remontée digestive par la combe de béléousé nous enchante par son aspect de forêt humide et sombre juste transpercée par un hardi rayon de soleil. Quelques restes de l’activité de charbonnier très importante dans cette région jusque dans les années 50. Nous faisons une boucle vers un superbe sentier d’interprétation à la baume des fades ( à refaire). Retour et dernier gros effort pour une pause à l’impressionnant Aven de Peyre Haute que nous visitons en nous glissant dans l’entrée d’une grotte, grotte et aven en même temps ce n’est pas courant.

 

Les Sagnes – la grotte – 3 janvier 2020

Fabienne Fender  – 16 Participants – 5km – +100m – 2h
Petite randonnée paisible au-dessus de St Paul, nous prenons le chemin des jardins et longeons le ruisseau jusqu’au lavoir des Sagnes, puis par le nouveau sentier nous nous rendons à la grotte et à la cascade où quatre chèvres nous accueillent avec enthousiasme. D’anciens escaliers en pierre nous ramènent sur la piste forestière et nous rentrons par le Champval et son « salon de lecture »!

 

Année 2019 à voir sur le petit calendrier

Vagnas – Le monastier – 20 mai 2022

Fabienne Fender   5 participants  6km  2h30 
Cinq volontaires aujourd’hui pour affronter le soleil écrasant de ce vendredi après-midi ! Mais finalement nous ne souffrons pas trop  de la chaleur, nous sommes la plupart du temps sur un sentier en terre battue à l’ombre d’un bois enchanteur, avec régulièrement un peu de vent pour nous accompagner. Sur la route de Brujas nous partons en direction des ruines du prieuré du Monastier (qui date de la fin du 9ème siècle) et rejoignons le lavoir des moines, nous poursuivons ensuite jusqu’au ruisseau du Rieussec que nous passons à gué. Nous nous retrouvons le long d’un magnifique champ de lavande, un petit bout de route à faire et nous gagnons à nouveau le bois. Le retour se fait par le hameau de Ségriès, ses nombreux micocouliers et son imposante ancienne bâtisse qui fut un hôtel dans le passé, à l’époque où dans les environs était exploitée la roche de chiste. Un dernier sentier ombragé nous ramène à notre point de départ.
 
 

Béssèges – Rochessadoule – 20 mai 2022

Jean-Marie Lamy   8 participants  14km  +450
D’entrée nous montons dans la bonne humeur habituelle sur les hauteurs de Bessèges direction les Grottes et jusqu’au  Travers, où la ballade devient tranquille, petit détour pour visiter la chapelle St Laurent nous en profitons pour faire une visite à la cloche du Ronc rouge et nous désaltérer car la chaleur monte. Nous reprenons notre route et la nous croisons les rails d’une schlitte( sorte de luge qui servait dans les montagnes à descendre le bois dans les vallées) mais on pense que dans ce cas elle servais à transporter les matériaux pour la construction de la chapelle. Arrivé à Robiac-Rochessadoule, cette commune qui a l’époque des mines de charbon comptait jusqu’à 5000 habitants ne compte aujourd’hui plus que 874 âmes, sans commerces et avec des corons inhabités. Nous croisons une bâtisse dite le château qui est en fait la maison ou logeaient les ingénieurs des mines. C’est ici qu’à été créé la fameuse lampe Marsaut ( nom de son inventeur mineur ingénieur) Un monument la représentant trône à l’entrée du village. Le terrain de foot actuel servait à l’époque au stockage du charbon, mais abritait aussi les écuries des chevaux qui tirait les wagonnets. Notre périple nous fera suivre le chemin de ces wagonnets qui en arrivant au dessus des wagons du train étaient vidés puis à la gare de la Valette nous suivons l’ancienne voie ferrée dont subsistent quelques traverses, nous arrivons au Vieux Buis où nous attend une belle montée nous décidons de gravir cette côte avant de nous arrêter pour le pique nique. Après une descente dans une forêt de châtaigner (un peu scabreuse) qui nous vaudra quelques glissades et chutes sans gravité, nous croisons un dolmen en très bon état, et enfin le poste électrique qui marquera la fin de notre périple et toujours dans la bonne humeur…..
 

Âne bleu – Garde Giral – La Prade – 17 mai 2022

Véronique Roux   9 participants  9km  +200m
Véronique nous propose une nouvelle boucle dans l’univers où elle et Marie aiment se perdre, tellement beau, calme et isolé. Même si des petits bouts de ce sentier sont connus, ils diffèrent au fil des saisons et c’est toujours une belle escapade qui nous est proposée dans ce secteur où nous ne devons pas sous estimer les dénivelés surtout par temps chauds.
 

Salavas – Bois de bruyères – 13 mai 2022

Jean-Pierre Damay   6 participants  16km  +450
Belle journée ensoleillée pour cette randonnée qui ne comportait pas de difficulté majeure et dont le dénivelé se répartissait en pente douce tout au long des 11 premiers kilomètres pour finir en pente négative. Au départ de Salavas, nous avons contourné la Castette pour nous rendre en direction de La roche puis le gour d’Estelle avant de nous enfoncer dans le bois de bruyère et obliquer au Sud sur le gué à proximité du Champ Lacloque. Remontée ensuite sur Les Hubasses et les travers de roche Gaillère et retour sur Salavas. Notre parcours s’est fait principalement à l’ombre, sous la protection des conifères. Bonne ambiance et remerciements aux personnes présentes pour leur enthousiasme et leur bonne humeur.
 
 

Vogüe – Au delà du château – 13 mai 2022

Fabienne Fender   11 participants  7km  3h00 
Du château nous montons vers la chapelle Saint Cerisse avec un point de vue plongeant sur le village et la rivière Ardèche. Derrière la chapelle, une première carrière de pierre, celles-ci ont joué un rôle important dans la vie économique et sociale de la région. Nous poursuivons sur un chemin bordé de murets sur un plateau avec la végétation habituelle des gras, le sentier bordé de saponaire et de thym en fleur, une autre immense carrière retient notre attention au passage, et nous arrivons au hameau des Chazes entouré de vignes et de verdure. Nous traversons St Pierre avec ses coquettes villas fleuries et la vue sur le clocher de Saint Germain, puis nous retrouvons avec soulagement le bois, le soleil ardent nous impose de fréquentes pauses, entre autres à la surprenante Baume du Bois. La dernière partie du circuit se fait sur un plateau exposé au soleil, c’est la première petite randonnée par grosse chaleur, et nous redescendons sur Vogüe dans un cadre qui rappelle beaucoup le bois de Païolive.
 

Jaujac-Monteil-L’échelette – 10 mai 2022

Thomas Moro   7 participants  9km  +325m

Belle journée, belle balade, belles calades, bref que du bonheur. Pas tout à fait, nous ne sommes que sept, un mardi ! c’est surprenant, arrivés sur le plateau nous nous questionnons tous sur l’utilité de ce que l’association demande aux animateurs et au conseil d’administration de recherche et de présence pour un si maigre résultat. Il est vrai que le sentier après la plage et le pont romain invite à la méditation, une montée d’une heure sans concession et sans parole, il y aura bien une autre côte mais rien de comparable. « Au repos du marcheur » sur la belle place de Jaujac nous sommes tous d’accord que la beauté du sentier de Thomas ne saurait se décrire, il fallait y être.

 

Le Pont du Gard – 6 mai 2022

Patrick Germa   15 participants  14km  +350m

« Vers Pont du Gard », Vers le village dont les carrières ont fournies la pierre pour la construction de l’aqueduc, a rajouté à son nom « Pont du Gard » pour mieux nous diriger. Marche d’approche du monumental ouvrage à travers gîtes de luxe et cultures agricoles de la plaine du Gardon qui tous les ans tel un petit Nil dépose ses alluvions fertilisants. Au détour d’un bosquet le monument (deuxième plus visité de France) se montre en majesté depuis l’esplanade où trône un Olivier planté en l’an 908 de notre ère. Traversée du pont puis du tunnel qui lui succède et longue boucle fleurie sur le plateau où nous trouverons point par point les vestiges de la voie d’eau dont Annick nous avait fait découvrir l’origine à Uzès. Nous repassons le pont pour nous diriger vers l’Espace « Mémoires de Garrigues » un site à voir et dans lequel il faut se perdre qui clôture cette belle sortie.

 

Faugères – Le salindre – 6 mai 2022

Fabienne Fender   7 participants  5km  2h30 

Nous avons fait cette randonnée il y a tout juste un an, nous étions 6, ravis de cette découverte et j’ai voulu la proposer encore ce printemps pour en faire profiter d’autres caminaires. Vous pouvez retrouver le compte-rendu précédent au 21 mai 2021, je n’ai pas grand chose à rajouter, nous sommes 7 aujourd’hui, enchantés de ce cadre reposant, charmés par les vues sur le ruisseau en contrebas, la fraîcheur et le calme de la forêt portant naturellement à la détente et à la sérénité. Le retour se fait par la traversée de Faugères où nous admirons les imposantes maisons en pierre et les jardins soigneusement entretenus aux fleurs et arbustes colorés, nous sommes sous le charme du printemps et du lieu.

 

Les Assions – La Ribeyre. – 3 mai 2022

Daniel Doladille   10 participants 7km +187m
Notre rando du jour serpentait sur le serre De Cavata , de la route de Casteljau à la Ribeyre, via Champetier Bas. Nous étions 10 caminaïres marchant d’un pas tranquille sur ce plateau calcaire le long d’un sentier ombragé limité par de belles murailles. Nous sommes ici dans la vraie garrigue d’une flore méditerranéenne exceptionnelle à quelques kilomètres des châtaigniers et de la pinède ! Ici, c’est le royaume des buissons épineux, du thym, du pistachier, du chêne blanc, de l’érable de Montpellier, du cade, du genévrier, du genêt épineux, du buis, de l’aphyllanthe de Montpellier, du ciste… le tout poussant au milieu de murets et d’amas de pierres. Nous avions parmi nous Simone, notre botaniste maison ! Ce sentier, très agréable et facile, peut être emprunté en toute saison ! Aujourd’hui la forte chaleur annonçait l’orage et par chance nous n’avons eu que quelques gouttes en fin de parcours.
 

Fête de la Rando à Malbosc – 1 mai 2022

Article du correspondant de « La tribune » Daniel Doladille
Ce dimanche 1er mai se déroulait la fête de la randonnée à Malbosc dans le cadre du mois de la randonnée en Cévennes d’Ardèche. Le beau temps était de la partie et c’est dans la bonne humeur que, environ 140 marcheurs se lançaient sur les sentiers. La commune de Malbosc est caractérisée par des sentiers étroits, pierreux, pentus…mais tellement attachants. On marche dans les châtaigneraies et les pinèdes découvrant les hameaux et les ruisseaux. Le clou des 4 randonnées proposées était l’arrivée à l’étang de Patrigalet, un lieu magique qui a émerveillé tout le monde. Cette fête de la randonnée avait été organisée par la Communauté de Communes du Pays des Vans en Cévennes et par la mairie de Malbosc, avec l’appui des associations communales qui organisaient l’accueil et la restauration. Les randonnées étaient accompagnées par les associations de randonneurs : los Caminaïres et Sentier Pays des Vans. Plusieurs stands étaient présents aussi pour informer les visiteurs : l’office de tourisme Cévennes d’Archèche, les Espaces Naturels Sensibles, le PTB Ardèche, les Brigades Vertes, la FFRandonnée… La fête recevait le conseiller départemental Mathieu Salel, le président de la communauté de Communes Joël Fournier et de nombreux élus du territoire. Christian Manifacier, maire de Malbosc, se réjouissait d’avoir pu organiser avec succès la fête de la randonnée dans sa commune.
 

Thines-Les moulins-La blacherette – 29 avril 2022

René Pelin  13 participants  12km +550m
Aujourd’hui une des plus belles balades qui soit dans la région de Thines, un groupe avec la relève des marcheurs bien remis de la journée d’hier, privilège de la jeunesse !. Nous avons eu le plaisir de retrouver les sympathiques amis d’Anne-Marie bons marcheurs s’il en est, toute la troupe après l’interminable montée vers Peyre, retrouve à l’auberge le fameux menu réparateur partagé avec des caminaïres en attente du retour de leur forme. Toujours dans la bonne humeur cette troupe hétéroclite (nous sommes pendant les vacances scolaires et les randonnées proposées librement pendant ces périodes sont ouvertes à tous nos amis et petits enfants) entame la redescente vers Thines. Encore une belle journée de randonnée, pourvu que ça dure !.
 

Camping de la Drobie – 28 avril 2022

Collectif   44 participants  omnisports
Ce jeudi, nous avons proposé aux caminaïres un repas traditionnel des Cévennes « le chevreau » au camping de la Drobie à Sablières, mais avant de passer à table une mise en appétit de deux heures et demi autour du cours d’eau qui devait passer par le Séquoia Géant mais faute de temps nous n’irons pas jusqu’à lui. Nous arrivons pile pour la mise en bouche qui sera comme nous l’espérions fidèle à sa réputation une régalade de l’apéritif au digestif. Après ce repas où nous avons retrouvé avec plaisir d’anciens marcheurs en passe de le redevenir, quelques uns vont à la découverte du camping et de ce superbe site traversé par la Drobie magnifique torrent aux cascades bouillonnantes, d’autres auraient bien testé la piscine un peu fraîche quand même, d’autres encore choisissent l’ombre et le farniente et enfin les plus courageux mettent au point sous l’arbitrage sans concession de Jean-Pierre un concours de pétanque des plus acharné qui soit. Des deux triplettes finalistes les vainqueurs furent sans doute pas les plus forts, mais sûrement les plus chanceux.

 

 

Tour des mines de banne – 26 avril 2022

Patrick Germa   7 participants  14km  +170m 7h00
Après une reconnaissance anti-horaire avec une équipe inédite photos à l’appui, la rando en sens inverse départ vers Gagnières par la voie grise, seulement 7 caminaïres pour ce mardi avec pique-nique et au train du sénateur afin de modifier l’offre, pas très concluant pourtant 14km en 7 heures (pourtant une demande récurrente) pas de quoi être épuisé mais enrichi par la flore qui s’éveille et des paysages que nous ignorions et que dire de la rencontre surréaliste d’un jardinier qui écoute « Didon et Enée », du baroque, tout en grelinant sa parcelle et en hi-fi s’il vous plaît. Surpris par la forme des rochers de la Ganière vite transformés en bestiaire par notre imagination et par le plaisir que nous éprouvons à ce repas au bord de l’eau. Plus haut la découverte de cette crête bordée d’asphodèles et d’ eucalyptus nous fait découvrir des panoramas exceptionnels. Plus bas, une rencontre surprenante avec un « sauveteur d’abeilles » cycliste bariolé qui aidé d’une branche retire d’une flaque d’eau les insectes trompés par le pollen flottant en surface. Nous nous attardons sur le viaduc du Doulovy, encore une surprise et une découverte pour certains. Retour par le Frigolet et fin de balade par un « coucou » à une caminaïre affairée au milieu de sa prairie.
 

Méjanes le clap – Bois de Pernille – Plan de Quittard- 15 avril 2022

Jean-Pierre Damay   3 participants  15km  +440m

En cette belle journée ensoleillée, je pensais voir du monde pour cette marche. Personne à St Paul et personne des Vans. Nous avons récupéré Marcel de Saint Ambrois au pont de Tharaux. Je suis déçu et en colère. Nous avons reconnu cette marche avec mon frère pour rien. Je me demande donc où est l’utilité de continuer de faire partie des animateurs. Départ de Méjannes le Clap sous un beau soleil printanier. Nous avons traversé en direction du nord, la forêt de Méjannes le clap pour nous rendre au rocher de l’aigle. Ensuite, direction le mas de Terris et le plan de Quittard ou nous nous sommes arrêtés pour déjeuner. Remontée ensuite par la combe du Béléousé et toujours dans cette même forêt, pour un retour sur Mejannes. 

 

Payzac – Sur les traces des Dinosaures – 15 avril 2022

Fabienne Fender   16 participants  5.6km  3h30 
De notre stationnement le chemin nous amène à la route qui traverse le hameau de Gramayse où se trouve la propriété de monsieur Grancier qui présente une collection remarquable de traces de « dinosaures« , mais que nous ne visitons pas aujourd’hui. Ces traces se retrouvent sur le grès , principalement présent au pied des cévennes et datant du Trias (-220 millions d’années environ). Le chemin monte ensuite sur un plateau jusqu’à un étang artificiel, puis fait une boucle par Régimont. Exceptionnellement dans une petite randonnée nous nous engageons dans une descente un peu sportive pour découvrir un moulin dans un cadre de verdure tout à fait romantique. Deux gentils randonneurs feront l’aller-retour deux fois pour récupérer les bâtons de l’accompagnatrice oubliés tout en bas!!! Merci à eux!  Ceux qui attendaient ont eu largement le temps d’admirer un magnifique Pléjadou. Puis c’est le retour sans nouvelle aventure seulement la rencontre des « Joyeux randonneurs » qui profitaient en nombre de cette belle après-midi.

 

 

Gournier – Abeau – Sabuscles – 12 avril 2022

Véronique Roux   18 participants  8km  +250m

Par une journée nuageuse et un peu fraîche, nous prenons la piste du ” château d’abeau ”, arrêt devant la levade de la fuste enchantée , devant les ruines de bâtiments miniers qui au pied de la forêt de pins de Salzmann ancêtres de tous les arbres, où se traitait l’antimoine exploité aux Combres et dans le bois d’Abeau. Admiration devant la bâtisse d’Abeau et nous reprenons une piste qui nous conduit au complexe Pont de Sabuscles d’où partait un canal qui amenait l’eau à la mine, et le départ aussi d’une série d’escaliers en pierres taillées dans le schiste au milieu de bruyères blanches en fleur, qui nous emmène vers le hameau du serres et enfin traversée de Sabuscles passage étroit, ruelles lugubres où l’on peut observer un renforcement dans le mur d’une maison pour laisser passer les ânes bâtés, merci Daniel ! Redescente sur Gournier à travers les pins brûlés, coupés, mais des pins toujours replantés.

 

Saint Genest de Beauzon – Le Cros – 8 avril 2022

Fabienne Fender   12 participants  5km  2h30 

La commune de St-Genest-de-Beauzon est constituée de hameaux dispersés et le parcours du jour nous fait cheminer entre terrasses d’oliviers, vignes, maisons anciennes, paysages variés. Nous partons de « Les Salettes » justement entouré de magnifiques oliviers pour rejoindre une piste dans un bois charmant aux essences diverses, l’ambiance est printanière. Après un court passage dans un chaos rocheux et un arrêt pour admirer un pléjador au niveau de Darasse, nous remontons vers le hameau typique de Salel avec sa vue étendue et ses terrasses de verdure, puis nous arrivons au Cros, son église est imposante, le hameau est authentique, le sentier longe les jardins potagers, et c’est une dernière montée pour le retour aux Salettes.

 

Malbosc – Reco. de la fête de de la rando. – 6 avril 2022

Daniel Doladille   5+7 participants 
Reco pour la fête de la randonnée du premier mai, avec les amis des « sentiers des vans » et les volontaires des « caminaires » qui se partageront la tache d’encadrement les sorties. La rando est en vedette mais pas que, marché paysan, stands en lien avec la nature et bien sur les « brigades vertes ». Nous répartissons la tache, nous ne ferons pas les petites boucles du matin car en partie sur celles de l’après-midi : les grandes 7km et 6km que nous effectuons aujourd’hui dans le sens opposé aux roues d’un VTT et donc plus facile pour les candidats à ces boucles. Le débrif a lieu à l’abri d’une soudaine et forte pluie il en ressort que si les boucles du matin sont faciles, les longues peuvent s’avérer compliquées pour des non initiés et nous devrons improviser en fonction et peut-être n’en faire qu’une et reprendre une ou les deux balades du matin pour que tous en profitent. Nous avons le matériau pour que cette journée soit une bonne sortie, plus qu’à espérer de la météo.
 

Pont de la Boutonnette – Payzac – 5 avril 2022

René Pelin   16 participants  10km  +330m
Les Assions-Peyzac se déroule sur des sentiers étroits entourés de murs où l’on marche à la queue leu leu. L’avancée à vive allure rend la marche trop difficile pour certains, Patrick décide alors de la raccourcir avec eux à partir de Champetier le Haut. Ce circuit permet de découvrir la richesse architecturale de la commune des Assions: maisons en grès, murettes, fontaines, escaliers, etc…On note au départ le pont de la Boutonnette sur lequel passait le tacot rejoignant Uzer à Saint Paul le Jeune. Ce train transportait voyageurs, vin et bois de mine en suivant la départementale actuelle.
 

Col de la serre – Bessas – Gramenet – 1 avril 2022

Jean-Pierre Damay   11 participants  14km  +450m

Départ du col de Serre avec un petit vent froid et une température de 5°. Dès le départ, nous avons pu nous réchauffer dans la première difficulté, le puy Lacher où flotte allègrement le drapeau occitan qui se trouve sur le sol Ardèchois d’ailleurs. Ensuite descente un peu technique dans le ravin de la Serpentière où Daniella nous a fait un peu peur en glissant. Résultat, un coude endolori et un bâton de marche plié. Rien de trop grave heureusement. Suite de la descente sur Bessas, village fleuri qui a été primé, au cours de ces dernières années, de nombreuses fois par le Conseil Général de l’Ardèche et le plus souvent à la première place. Un cadre agréable pour un village accueillant et chaleureux. L’église mérite une visite de son splendide intérieur abritant un retable en bois polychrome daté du début du XVII° siècle, inscrit sur la liste supplémentaire des monuments historiques. Les maisons anciennes de pierres, rénovées dans le style, entourent le château de la fin du 16ème siècle, flanqué de ses quatre tours, malheureusement l’église est fermée. Nous avons poursuivi notre parcours en empruntant le PR au sud de la commune, Bueysse, croix de Domergue, Gramenet, et le bois de Frigolet. Aux Jasses, nous avons pu nous restaurer à l’abri d’un vent glaçant. Nous avons même pu profiter de l’arrivée d’un pâle soleil qui nous a accompagné par la suite. Nous avons quitté le PR pour un sentier moins utilisé pour affronter la dernière difficulté : remontée sur la montagne de la Serre et retour au col par la DFCI. Comme à l’habitude, bonne ambiance.

 

Laurac en vivarais – Le Toufache – 1 avril 2022

Fabienne Fender   12 participants  6.5km  2h30  +150m

Départ de la »piscine », lieu de baignade aménagé par la municipalité en 1956 en plein centre du village, le parcours remonte le long du ruisseau du Toufache avec quelques passages à gué plutôt ludiques. Nous arrivons au « chapeau du gendarme » endroit de pique-nique qui donne envie de s’attarder avec ses tables décorées de mosaïques, ses gours, l’étonnante sculpture de Marion représentant plusieurs têtes et un serpent. On monte ensuite à travers les terrasses jusqu’à une maison en pierre typique à proximité de laquelle nous découvrons un fouloir rupestre qui témoigne de l’importance qu’occupait la vigne à l’époque gallo-romaine. Puis nous traversons une forêt de pins avec un sous-bois envahi par les genêts, d’ailleurs prêts à fleurir. Après une trouée permettant la vue sur Montréal, nous pénétrons dans un autre bois de pins avec cette fois un sous-bois de bruyères et fougères, le chemin passe entre de magnifiques murs de pierre. Nous traversons la route de Sanilhac et poursuivons le long des vignes. En arrivant au village une calade nous ramène au Toufache que nous longeons en sens inverse jusqu’à notre point de départ.

 

Autour de Montclus – 29 mars 2022

Patrick Germa   15 participants  9km  +190m
Montclus, une bonne destination par cette météo laiteuse, nous franchissons la cèze au pont du moulin et tout de suite l’unique montée par un sentier étroit bien raide jusqu’à la saignée nécessaire à la lutte contre les incendies. Les bords ont étés dégagés pour éviter le franchissement des flammes et les Arbousiers y font une repousse étonnante. A l’approche de la rivière il faut se résoudre, nous sommes trop haut, il va falloir descendre, le sentier est impressionnant mais en définitive ludique malgré la radicalité de la pente, nous irons ainsi jusqu’à une résurgence « l’aven » dont l’eau était suffisante pour alimenter un moulin et servir de force motrice avant de se jeter dans la cèze qui à cet endroit est un vaste plan d’eau retenu par la chaussée du moulin de Martel quelque part en aval. D’ici le chemin suit la rive ponctuée d’aménagements plus ou moins rustiques. Nous ne verrons pas au delà des champs de lavande la grande plage du méandre qui entoure le village médiéval trône le château construit par les Templiers. La journée se termine par une visite lente et admirative de « Castrum Montecluso » qui a su éviter toute construction moderne.
 

Les balcons de Pourcharesse – 25 mars 2022

Daniel Doladille   9 participants  13km  380m
Nous n’étions que 9 à découvrir la Lozère mais quelle belle journée sympathique ! Depuis le lac de Villefort, nous empruntons la Régordane jusqu’à La Garde Guérin. Villefort était un carrefour routier important au moyen-âge. Montant de la Méditerranée jusqu’au Puy, ce chemin était surtout un chemin muletier. On comptait 200 mulets par jour à Villefort jusqu’à l’arrivée du train en 1867.La Régordane était aussi la route du sel, la route du vin, la route des céréales, la route des foires, la route des pèlerinages, parfois aussi la route des soldats …aujourd’hui elle est devenue le GR700 pour les randonneurs ! Mais sur notre randonnée, nous sommes confrontés à la modernité du lieu : la ligne ferroviaire Nîmes –Clermont, le barrage hydroélectrique, des toitures photos voltaïques sur des fermes démesurées, des gros tracteurs traversant des champs poussiéreux, un golf au gazon tout lisse, des campings cars annonçant les vacances…Quel contraste lorsque nous traversons le village de la Garde Guérin, un vrai retour au moyen-âge. Au détour d’une rue, on croit voir apparaître un « Noble Parier » venant nous guider et peut-être nous demander une petite pièce de monnaie pour sa protection. Comme nous sommes des Caminaïres modernes nous nous arrêtons à la taverne pour commander un kir châtaigne et une bouteille de vin rouge !
 

Le balcon de Joyeuse – 25 mars 2022

Fabienne Fender   11 participants  5.5km  2h00  +100m

Petite randonnée plaisante sur le plateau des Gras entre Lablachère et Joyeuse. Les Gras sont des plateaux calcaires caractéristiques de l’Ardèche du Sud, végétations rases, arbustes méditerranéens, vieux mûriers, oliviers, cades et beaucoup d’amas pierreux, les bergers dans le passé ayant dégagé des espaces herbeux pour faire paître leurs troupeaux. Le sentier se développe en bordure de corniche qui surplombe Joyeuse avec une vue exceptionnelle alentour, c’est même le point fort de cette randonnée et le retour se fait sur une piste en pleine garrigue avec quelques vieilles rares bâtisses en pierre dans un cadre plutôt austère.

 

Chapias – Labeaume – Grange Bernard – 22 mars 2022

René Pelin   15 participants  11km  +260m

Une belle journée qui s’annonce, sur des gras que nous pensions connaître par cœur, et bien non, une belle découverte que cet itinéraire du Chapias à Labeaume, d’abord à plat sur un terrain où la nature s’éveille pour notre plus grande joie et celle de nos nouveaux amis herboristes Isérois, puis dans sa deuxième moitié une pente douce entre d’énormes blocs de calcaire et enfin comme une ruelle creusée dans les mégalithes jusqu’à une mise en scène de Dolmens étrangement blancs. Nous sommes au Ranc de figère où nous croisons le témoignage de la dureté des chemins ardéchois. La descente de la « rue de la calade » nous mène au bord de la rivière dans le village de Labeaume où les stigmates des crues d’automne sont encore visibles, des travaux en cours préparent la saison d’été toujours très courue dans ce paysage magnifique. Passage dans le chaos témoin des événements puis longue remontée en balcon, le point de vue est tellement beau que l’ envie de s’asseoir et de contempler est très forte mais il faut relier Chapias et sur le retour il y a cette ferme, son fromage de chêvre, sa vache, ses lamas et les sculptures inspirées par le réemploi. Encore un peu de route, salutation à la tour de la vierge, au village en mutation immobilière et il faut se séparer.

 

Mercoire – Les 4 chemins – Les Bouziges – 18 mars 2022

Jean-Pierre Damay   13 participants  14.5km  +450m
Le temps est couvert mais pas de pluie. Un rayon de soleil est même venu nous apporter un peu de chaleur pendant la pose déjeuner. Départ du lieu-dit Mercoire sur la commune de Portes. Direction le col des 4 chemins par un sentier non répertorié en chemin de randonnée. Au col le GR44B nous a amené à quelques encablures du village de Portes. Son château fut la sentinelle sur la Voie Régordane. Véritable porte d’entrée des Hautes Cévennes au pied du Mont Lozère, il se situe en périphérie du Parc national des Cévennes, inscrit en juin 2011 au Patrimoine mondial de l’Humanité il défie plus de 10 siècles d’histoire. Érigé au 11ème siècle pour protéger le « Chemin de Régordane » le «  Château de Portes «  est le mariage d’une forteresse médiévale et d’un bastion Renaissance. Remarquable par son histoire d’une grande richesse et son architecture unique en Europe, il est classé monument historique. L’éperon qui forme un angle de 42° constitue son originalité et lui vaut le surnom de « vaisseau des Cévennes ». Nous le contournons  en contrebas de la route pour nous porter vers le lieu-dit Les Bouziges. Traversée d’une partie de la forêt du Rouvergue. Descente en direction de l’ancienne mine en passant par Prentigarde puis remontée sur Mercoire en contournant le Ranc du Cade. Journée sympathique placée comme toujours sous le signe de la bonne humeur. Ce fût un plaisir de mener cette randonnée relativement facile. Merci à vous tous.
 

Berrias – La nécropole des Granges – 18 mars 2022

Fabienne Fender   15 participants  6km  3h00  +130m

Par la rue de la fontaine nous arrivons à un passage en pierre qui suit le ruisseau dans un environnement assez nu, végétation rabougrie, herbes sèches, squelettes d’arbustes. Après le passage du ruisseau, ce sont les cades qui dominent et surtout les cailloux, toujours des cailloux! Nous sommes à la recherche de « dolmens », nous en découvrons quelques-uns mais il ne reste souvent que de vastes entourages pierreux témoins des tumulus d’origine avec quelques parties des dalles écroulées, la Nécropole des Granges reste une des zones de dolmens les plus importantes d’Ardèche. Après le passage du Graveyron nous quittons le GR4 pour le chemin des Granges où nous avons un peu plus de dolmens en meilleur état, la végétation aussi est un peu plus variée, les premières fleurs annoncent l’arrivée du printemps. Juste avant le hameau des Granges nous découvrons enfin, il faut grimper un peu, un dolmen avec son couvercle. Le périple se termine par le passage au hameau de la Rouvière, nous longeons ensuite les campings et les maisons d’hôtes pour le retour au centre de Berrias.

 

Le tour du Saleyron – 15 mars 2022

Patrick Germa   8 participants  8km  +180m

A nouveau une journée grise, Labastide de Virac village médiéval nous accueille, nous optons pour le circuit classique, ce sera suffisant pour ce jour raccourci et sans soleil. Il nous faudra quand même trois bonnes heures pour faire le tour du Saleyron et détailler le paysage d’en face que nous avons souvent pratiqué mais qu’aucun ne connais depuis cette rive de l’Ardèche et ses trois panoramas impressionnants. En effet nous eûmes du mal à remettre le vallon du Tiourre dans le bon sens et à identifier la dent de Rez tout au fond dans un voile de brume. Au deuxième point de vue, on ajoute le Cirque d’Estre, le site de la vrai grotte Chauvet en haut de sa vire et surprise le Pont d’Arc sous un angle inédit et il faut se tenir tout près de la balise qui trouve là son intérêt. Le troisième panorama un peu à l’écart du sentier ne figure pas sur le tracé officiel mais est le plus marquant par l’étendue de sa vue dégagé des arbres car nous sommes au bord du vide. Un circuit pour les jours chauds car dans sa majorité sous le couvert des chênes, et plutôt dans le sens horaire pour finir par la vue du village, de la Baliste et du château des Roure.

 

Méjannes le Clap – 8 mars 2022

Patrick Germa   12 participants  8km  +120m
Journée grise, léger crachin au début puis du gris sec et frais. La balade débute par le sentier de découverte « La baume des Fades » déambulation ombragée et aménagée, découverte de dolmens et autres pierres mégalithiques ainsi que l’histoire et les légendes qui les entourent, la faune et la flore de la garrigue, et enfin l’histoire commune de l’Homme et de la forêt, avec entre autres les vestiges d’un four à chaux et les traces des premiers charbonniers. Un belvédère nous offre une vue imprenable sur les environs: Dent de Serret, vallée de la cèze, Grand Serre etc. . Après une descente caillouteuse, une douce et longue DFCI propice à la conversation nous amène au deuxième point d’intérêt, La Grotte-aven de Peyre Haute a l’étonnante particularité de réunir les deux phénomènes géologique. Surprise pour ceux qui découvrent ce lieux, plaisir de le retrouver pour les autres, les rochers déchiquetés puis aux formes adoucies, tellement de bizarreries dans ces parois,que l’on a du mal à se détacher de ce spectacle, aussi nous prolongeons par la vue depuis le dessus de l’aven avant de retrouver le Mas de la Taillade.
 

Salavas – Le bois des bruyères – 4 mars 2022

Fabienne Fender   8 participants  6.7km  2h30  +140m

Randonnée atypique en sous-bois où une végétation luxuriante contraste avec celle habituellement rencontrée en Sud Ardèche. Le sentier monte en douceur sous les pins de hauteur vertigineuse, parfois la bruyère arborescente forme une arche au-dessus de nos têtes, le sol sablo-argileux nous change des cailloux de nos circuits habituels. Nous découvrons un magnifique four à pain restauré, en plein bois à proximité d’une ruine, avant d’atteindre une piste bordée d’arbousiers pour la seconde partie de la randonnée. De nombreux miradors témoignent d’une activité chasse intense, donc de la présence d’un nombre certain de sangliers dans ces bois. Randonnée à conseiller quand la bruyère est en fleurs.

 

Crêtes des Cruzières – 4 mars 2022

Patrick Germa   13 participants  14km  +398m

Il n’a pas plu depuis noël ou si peu et heureusement c’est pas pour aujourd’hui donc de bon matin une bande de retraités filoche sur les DFCI des cruzières, bon rythme et bonne humeur vont de pair la Belgique et la France ont signés la paix des blagues. Dans cette grosse ambiance nous atteignons le col de Cize où après un casse-croûte reconstituant nous attaquons la partie aérienne de la randonnée et pour cela il faut gagner les crêtes par un passage bref mais très raide et la récompense est à la mesure de ce morceau de bravoure, quel spectacle ! de la plaine de Grospierres aux gorges de l’Ardèche, du mont Bouquet au vaporeux Ventoux, de la Dent de Rez a La cham du cros rien ne peut échapper à notre vue sur les trois kilomètres de ce superbe sentier en crête bordé de vide et déjà fleuri.

 

Courry – Meyrannes – 1 mars 2022

Patrick Germa   11 participants  10km  +308m
C’est un défi presque réussi, visiter le sentier de découverte du Montgrillet en partant de Courry, boucle inédite donc qui par Reboul, le col de l’Espée nous fera découvrir une installation unique d’une éolienne remplissant un réservoir digne du temps des locomotives à vapeur ceci à l’approche de Montagnac hameau où une belle gloriette cache l’ état de délabrement des habitations. C’est à la fontaine de Bourboul que nous prenons contact avec le sentier que nous suivrons jusqu’à un croisement qui induit un doute sur notre itinéraire, nous optons pour une sente raide qui nous ramène directement au niveau d’un représentant du genre Quercus qui aurait 800 ans. D’autres chênes ont eu moins de chance couchés avec leurs voisins les pins par une violente tempête. La capitelle elle aussi a subi quelques dommages malgré la protection des fées de la forêt. Lors d’une prochaine édition, nous essayerons de boucler la totalité des curiosités de ce circuit, pour aujourd’hui retour à Courry par le carrefour des trois pierres.
 

Casteljau – Toul – 25 février 2022

Fabienne Fender   9 participants  6.4km  2h30 

Nous partons de l’église de Casteljau direction La Rouveyrolle et la rive du Chassezac face au Ronc Redon, nous longeons la rivière jusqu’aux Blaches avec des vues magnifiques sur les falaises, le Ronc Rouge et la rivière bien paisible à cette époque de l’année. Puis c’est un aller-retour à la grotte Escure, elle fait toujours sensation même pour ceux qui y sont déjà venus. Enfin nous pénétrons dans le bois pour monter à Toul, petite colline au-dessus du village, à tous moments la vue sur les environs est belle et étendue, nous redescendons sur Le Pouget pour le retour aux Borels.

 

Le sentier du Facteur – 25 février 2022

Daniel Doladille   14 participants  13km  +420m
Vendredi 25 février, 14 caminaïres découvrent le sentier du facteur du côté de Brahic. Il s’agit du sentier qu’empruntait jusqu’en 1966 environ le facteur qui desservait les hameaux de la vallée de la Ganière. Plus tard la Poste attribua des véhicules aux facteurs, ce qui leur rendait la tâche plus aisée. Le sentier du facteur suivi aujourd’hui est une variante du sentier officiel des topos guides. Du parking des chasseurs près de Murjas, la rando grimpe vers Brahic pour ensuite suivre le GR44 jusqu’à Les Angligeos. Puis on quitte le GR pour prendre le PR en direction de Murjas en s’arrêtant au hameau de La Coste pour un casse-croûte au milieu des jonquilles et des mimosas. Le sentier du facteur est sûrement le sentier typique des Cévennes schisteuses. C’est là que l’on découvre plus particulièrement le travail du paysan bâtisseur. En effet pour cultiver ces terres ingrates sur un sol maigre et pentu il fallait construire des accols…donc des kilomètres de mur ! A maintes reprises on est étonné par l’audace du murailler qui joue avec les équilibres montant des murs sur des plaques de schiste abruptes. Et quel travail pour un lopin de terre de quelques m2 ! . Sur la droite du sentier, côté Ganière, on aperçoit une propriété dernièrement débroussaillée par de courageux bénévoles. On se croirait en pays Incas…une sorte de pyramide faite de dizaines de terrasses et entourée d’un mur de clôture. Encore à ce jour, on voit un vestige du câble qui traversait la vallée pour transporter les récoltes, raisins, olives, châtaignes… Encore un moment particulièrement surprenant et sportif, la descente vers le ruisseau de la Ganière par des escaliers d’un parfait état de conservation au milieu d’accols abandonnées mais bien conservées. Autrefois, poussait ici la vigne du fameux vin fou, le clinton ! . Ce sentier du facteur est à découvrir, en toute saison, en prenant le temps de regarder, de sentir, de rêver…pour revivre une vie paysanne complètement disparue et pourtant si proche ! . NB : On écrit Gagnière pour nommer la ville près de Bessèges…et Ganière pour désigner la rivière qui traverse Gagnière !!!Etrange !
 

Ferrières – L’ Arche de l’Ibie – 22 février 2022

René Pelin   10 participants  9km  +200m
L’Ibie conserve tant bien que mal et partiellement un filet d’eau pour la survie de batraciens et volatiles, le sentier a évolué au grès d’un propriétaire et le nouveau tracé est tout aussi caillouteux. Au premier replat, l’arche, miracle de l’érosion dominant la vallée de l’ibie et un peu plus loin le panorama qui dévoile l’étendue de la rivière. Une descente, une remontée et c’est sur un sentier botanique à l’abandon que nous atteignons la chapelle   » Notre Dame d’Ajude  » au milieu du bois éponyme. descente au pied du village de Lagorce où nous empruntons le lit du ruisseau de l’Oule censé alimenter l’ibie mais à sec comme les autres rus que nous avons traversé, même le réservoir des ruines du moulin ne montre trace d’humidité.
 

Sablières – Les hameaux – 18 février 2022

René Pelin   10 participants  13km  +410m
Parking du « Séquoia » au hameau du Mas que nous quittons après quelques hésitations tant l’offre de sentiers est riche, après avoir salué une jolie famille c’est en suivant la direction du Pralong à flanc de montagne sur de larges calades encombrées par les feuilles de centaines d’individus de ces vielles châtaigneraies que nous visiterons Le Vialaret où subsiste une activité paysanne. Après avoir traversé la belle Drobie, nous sommes au sommet de la rando donc casse-croute au soleil par une température que l’on n’attends pas à cette altitude en hiver. Le retour en léger surplomb de la rivière, nous gâtera de magnifiques points de vue. C’est après avoir côtoyé pas moins de 13 Hameaux que nous terminons au pieds du « bananier » fatigués et heureux de cette belle sortie.