La fin des randonneurs ?

Une drôle d’ actualité pas drôle …

Avant, nous suivions des sentiers tracés sur les fameuses « top 25 » sans soucis nez au vent, ceux qui ont fait de la montagne et des « grandes randonnées » pouvaient profiter pleinement des paysages, d’autres pratiquant de sorties à la journée étaient tout aussi comblés. Aujourd’hui les marcheurs assidus, en association, en liberté, autonomes vivent t-ils leurs derniers jours ?, la tendance est au parc de randonnée, interdit de sortir du chemin tracé, nous devons utiliser les carnet de randonnée vendus à l’office de tourisme et ne pratiquer que sur cette triste offre, mais voila compensation nous aurons des tables,des points d’eau (potable ?), des sanitaires (propres ?) on peut comprendre à la vue des mouchoirs et masques bleus laissés le long des sentiers une certaine exaspération, alors pourquoi ne pas obliger la « randosette » ( une poubelle au parking et des poches individuelles) certainement moins onéreuse et laisser les sentiers ouverts.

Les agriculteurs de montagne dont le travail est essentiels, ne dérapent-ils pas lorsqu’ils déclarent que les sentiers passent trop près des troupeaux ? En effet les troupeaux sont statiques et les sentiers souvent d’anciennes voies de communication pavés plus que centenaires seraient mobiles, tout ça parce qu’ils défendent leur bêtes avec des gros chiens, contre qui ?, les randonneurs, non les loups, les chiens errants, les ours et les vautours, les patous n’ont pas tués un de ces prédateurs, les ont-ils seulement vus, va savoir, mais par contre ils mordent tout les ans plusieurs marcheurs.

Il existe dans les Pyrénées un départ pour des randonnées sublimes, sur ce parking, ont fleuris au grès des saisons des panneaux d’abord ce fut « attention aux patous » les gestes à ne pas faire, passer au large des troupeaux, ce qui est plus facile à dire qu’à faire en montagne, puis ce fut « attention à l’ours » et le comportement à avoir en cas de rencontre: lui faire toujours face et reculer doucement sans geste brusque, enfin rien à craindre des vautours qui eux s’attaquent qu’aux cadavres, mais dans ce secteur ils se sont attaqués à des vaches affaiblies qui venaient de mettre bas les condamnant en leur crevant les yeux , pourquoi est t-il recommandé de ne pas s’assoir ou se reposer allongé en terrain découvert ?, les gens qui fréquentent ce massif hésitent en attendent de savoir quoi faire si ils rencontrent des loups, pas d’affiche les concernant, c’est ballot !.